Le Père Noël est une…

21 septembre 2019 : Comme disait feu Pierre Desproges, « l’enfant croit au Père Noël. L’adulte non. L’adulte ne croit pas au Père Noël. Il vote. ».

C’est assez cruellement ce qui vient de se passer avec M. Onfray, qui quelques heures plutôt, soutenait publiquement les analyses de l’UPR et de son président dans une réunion publique, et qui moins de 24h plus tard, nous traitait de « raëliens » – donc de secte – et de complotistes, rejoignant en cela les chiens de « l’empire Maastrichtien » qu’il dénoncait tantôt.

Mais soyons sérieux un moment. Quand un frère du résidu philosophique BHL, qui a eu 12 ans pour vous découvrir et analyser vos propos, se décide comme ça, sans prévenir, de vous soutenir, vous pouvez quand même vous poser des questions, et attendre quelques jours la confirmation de sa position officielle, au lieu de sauter sur le net comme il vous y invite pour diffuser sa « pensée » (enfin, celle que son AVC lui a laissé…), et lui faire accessoirement toute la publicité qu’il attend de l’opération !

Car disons les choses ouvertement : M. Onfray s’est bien ici payé notre tête. Il n’y a pas le moindre doute sur le sujet. Et quelque part, cela devrait nous amener à réfléchir un peu plus sur nos modes de communication dans le futur. On fait tous des erreurs dans le domaine, et on apprend chaque jour – le tout est d’en tirer les leçons qui s’imposent.

Quant au « détestable » M. Onfray, si fervent à défendre constamment le CRIF à la moindre occasion, son attitude et son hostilité à notre égard nous prouve une fois encore que les philosophes médiatisés par le système sont des veaux comme les autres, dans la plus pure tradition du « je pense mais je ne me mouille pas ». Raison principale pour laquelle je ne supporte pas ces lâches

Face aux conférences en ligne de M. Asselineau, qui durent certes plusieurs heures, mais visent clairement l’éducation populaire, je ne vois en outre aucune intelligence à écouter des pseudo-philosophes qui n’ont ni honneur, ni patrie, et qui passent leur temps à enfumer leurs auditoires respectifs, avec toujours la même technique de base : dénoncer l’UE et ses méfaits, mais ne jamais vouloir la quitter, et agiter copieusement la chimère d’une « autre europe », mathématiquement irréaliste et irréalisable !

Que les français en soient encore à écouter ces collabos au bout de 50 ans est bien le signe d’un lavage de cerveau collectif, par médias interposés. Rappelez-vous ces images subliminales à la télévision, durant la campagne de Mitterand, et vous comprendrez mieux pourquoi l’état envoie régulièrement ces inspecteurs du fisc vérifier les foyers qui déclarent ne pas posséder de poste de télé, et qui échappent donc à l’emprise du côté obscur !

Pour en revenir aux faux-philosophes, attendre de ces gens un acte de courage ou de résistance réel, face à une UE totalitaire qui est en train de massacrer notre pays, est aussi vain que d’attendre la démission du locataire de l’élysée avant la fin de son mandat !

Si feu Pierre Desproges avait survécu, il en aurait sûrement fait un bon sketch sur la race canine, toujours si prompte à lever la queue, et becqueter à la moindre gamelle qui se présente. Car telles ont toujours été les allées du pouvoir : un chenil où chacun lève la patte et fait le beau devant son maître, même quand le maître est con comme ses pieds !

La seule question réellement digne d’intérêt, au final, est donc de savoir qui tient véritablement la laisse de M. Onfray ? Car pour bien philosopher, il faut d’abord être libre de penser, chose qui, de toute évidence, n’est pas le cas de l’intéressé. Il serait donc temps que les soutiens de M. Onfray comprennent qu’ils n’écoutent pas le discours d’un Roi, mais celui d’un simple pion !

Sur ce, vite le Frexit, et vive la France Libre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.