Propaganda

15 avril 2019 : pour la première en fois en 12 ans, le journal « l’immonde » a donc gratifié l’UPR d’un article que nous allons prendre plaisir à décortiquer.

Il commence déjà dans son titre par une association gratuite entre gilets jaunes et UPR, donc par une fake news.

Rappelons que les gilets jaunes se revendiquent apolitiques, et que les responsables UPR n’ont jamais cherché à récupérer ce mouvement populaire.

Depuis plusieurs mois, l’UPR a certes proposé aux gilets jaunes qui le souhaitent de venir librement s’exprimer sur le plateau web d’UPR TV, gracieusement mis à disposition et anonymisé de toute référence à l’UPR pour ne faire aucun amalgame. Il est bien précisé, à chaque émission, que les propos tenus n’engagent que leurs auteurs respectifs, ni l’UPR, ni l’ensemble des gilets jaunes.

Nous aurions nous-mêmes aimé pouvoir disposer de ces ressources bien plus tôt, afin d’éviter les 12 ans de censure féroce et continue des eurofascistes, et nous savons à quel point il est devenu difficile de faire passer des messages et idées politiques démocratiques dans ce pays qui bafoue désormais les Droits de l’Homme et les droits des peuples.

Donc même si nous ne sommes pas d’accord sur tout, il est clair que nous dénonçons autant la censure des gilets jaunes que la censure de notre propre mouvement. Nous sommes donc particulièrement fiers et heureux de pouvoir mettre à disposition ces quelques ressources à la disposition des gilets jaunes, histoire de bien emmerder les braves toutous eurofascistes et leurs maîtres !

Si ensuite les idées de l’UPR font leur chemin dans les rangs des gilets jaunes, tant mieux ! Mais l’UPR ne va chercher personne : l’invitation est ouverte à tous les GJ, et nous avons bien deux mouvements distincts.

Ce point étant fait, revenons à notre article. La manipulation du lecteur continue avec le sous-titre « les tendances complotistes de l’UPR ». Un classique devenu culte chez les eurofascistes. Il faut dire que quand on ne peut pas salir son adversaire ou lui chercher des poux dans la tête, il faut bien inventer quelque chose, et tant pis pour la diffamation gratuite !

Allez, on continue encore avec « un gilet jaune grisonnant ». Oui, parce qu’à l’UPR, c’est bien connu, on est tous des vieux (cons – je force le sous-entendu) ! Ben oui : le jeune con, lui, il vote LREM et pense printemps ! Ça tombe bien : c’est la saison des imbéciles heureux !

On arrive au quidam qui « brandit ses réflexions » – oulà ! Stop ! Arrêtez tout avant qu’il ne brandisse autre chose que ses réflexions ! Un peu de décence, enfin, Mesdames les journalistes : il y a des enfants qui lisent vos conneries !

Allez : on saute quelques lignes plus loin pour arriver au fameux « petit parti de François Asselineau ». Quoi de plus normal en effet pour un PETIT article, écrit par des PETITS journalistes, cloisonnés dans leur PETITE rédaction immonde ?

Et bien entendu, le final de la première partie avec son magnifique « …dont le mouvement est connu pour ses tendances complotistes », prouvant définitivement que nous avons bien à faire à deux sottes sans aucune imagination !

Arrive l’expression « les Frexit » pour décrire les partisans pro-Frexit. J’ai relu 2x pour essayer de comprendre ce nouveau terme, mais là, je capitule : seule l’autopsie pourra peut-être nous révéler un jour pourquoi nos deux nénettes n’ont même pas eu l’intelligence d’utiliser le terme « Frexiters », alors que le terme « Brexiters » est utilisé partout depuis au moins 3 ans ! Sont-elles stupides à ce point ? Apparemment, oui.

On continue avec « le mouvement des gilets jaunes auquel s’est accroché dès le début le parti de François Asselineau ». Juste au cas où le lecteur aurait raté le premier amalgame gratuit. Et toujours pas de séchage entre les deux couches de peinture – tant pis pour les taches !

Dernière affirmation gratuite : « Nombre de militants sont également allés semer leurs idées pro-Frexit autour des braseros, sans jamais se revendiquer ouvertement de l’UPR ». Jolie fable qui insulte primo l’intelligence des gilets jaunes, et secundo celle des militants UPR concernés !

Entendons-nous bien : par respect du mouvement apolitique, les militants UPR qui participent aux manifestations des gilets jaunes n’affichent pas ostensiblement les couleurs du parti, et c’est aussi le cas de tous les autres militants encartés dans des partis adverses.

C’est bien normal : les gilets jaunes tiennent à leur neutralité politique, et l’impose à tous, sans exception. Maintenant ça n’empêche pas de discuter entre participants, d’échanger ses idées dans les deux sens, de parler de l’UPR à des gilets jaunes qui ne connaissent pas notre mouvement, et d’expliquer aux gilets jaunes qui le souhaitent nos analyses. Libre ensuite à eux d’y adhérer ou non.

En tout cas, face à l’omerta merdiatique de l’immonde et de ses copains, aux mains de 9 milliardaires véreux proches du pouvoir, interdisant tout débat sur la sortie de l’UE, de l’euro et de l’OTAN depuis 12 ans, il est vrai que le discours de l’UPR semble avoir trouvé un certain écho chez les gilets jaunes.

Mais une fois encore, si des gilets jaunes rejoignent massivement les analyses de l’UPR, c’est tout simplement parce que ces analyses sont les bonnes. Il n’y a rien à expliquer de plus.

Soyons réalistes : sans Frexit préalable, le RIC n’a aucune chance d’exister. Notre problème de base commun, c’est l’UE, au-dessus de tous les clivages. Et en se posant comme un parti temporaire de libération nationale, l’UPR affiche clairement la seul voie logique à suivre, pour sortir par la grande porte, sans aucune ambiguïté, et en ne froissant pas nos voisins et partenaries.

Quant à l’immonde feuille de chou ici concernée, qui au bout de 12 ans, nous pond un subtil mélange infâme et nauséabond de désinformation et de diffamation, la seule existence de cet article pose soudainement question. Le journal prendrait-il soudain ses précautions, au cas où le résultat des européennes marquerait la montée en flèche de l’UPR ?

La question est posée. Cela étant, ceux qui ont trahi leur pays devront un jour en payer les conséquences. Et cela vaut autant pour les journalistes complices que pour les politiques, hommes ou femmes, sans exception.

Vive le Frexit, et vive la France Libre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.