Un métier de pute

5 août 2021 : tout est bon dans le cochon. Surtout s’il est jeune et idiot, n’a aucune expérience politique, n’a pas encore voté, et qu’on peut aller le draguer sur tik tok ou instagram, habillé en jeune premier de la startup nation.

On se souvient du cliché démentiel d’un ersatz de président, posant avec des jeunes délinquants musclés et virils (forcément blacks puisque les blancs, c’est tous des gentils…), en sueur des deux côtés, et dont on se demandait sérieusement s’ils venaient de se fumer la rondelle entre homos.

On se souvient également des deux influenceurs complices faisant les cons à l’élysée avec leur copain (rappelons que l’un d’entre eux est le fils de Carlier, ce qui explique bien des choses…), histoire de ridiculiser le lieu, comme il l’avait fait avec Versailles tantôt.

Tout est bon pour cracher sur la fonction présidentielle et la ramener au niveau d’un voyou de caniveau – pardon : d’un banquier de Rothschild respectable et bien sous tous rapports.

On aura compris la stratégie : puisque les vieux cons qui avaient voté LREM sans être « de la haute » ont fini par déserter les rangs, il faut aller d’urgence se taper du jeune premier, l’essentiel étant d’arrivé à environ 10% de voix, de passer le premier tour comme la dernière fois, et de prier pour se retrouver face à la blonde de service, entretenue par les mêmes banques pour perdre à coup sûr le second tour, comme son illustre papa !

On ne demande pas son âge à une pépipathéticienne, même si dans le cas présent, elle affiche quand même ses 43 ans bien déguisés. Ok boomer, tu peux raccrocher, à moins de les arroser de fric et de leur promettre monts & merveilles, comme la dernière fois. Et dire que ce sont nos impôts qui payent cette carne et sa cougar…

Comme le disait un de ses proches, il faut être une pute quand on travaille dans une banque. Sauf que l’âge est ingrat, et que le métier ne peut durer éternellement. Même pour une lopette surdouée pour tromper les gens et les prendre de haut.

La gifle n’a servi à rien. Comme il l’a dit : « seule une balle pourra m’arrêter ». On verra bien si la vision était prémonitoire ou pas.

Espérons simplement que les 99% de gens qui n’ont pas voté UPR en 2017 ne se tromperont pas de bulletin cette fois. L’avenir même de notre pays est en danger avec un individu aussi débile que méchant, et consitutionnellement irresponsable de ses actes délictuels et délirants.

Carton rouge aux députés et sénateurs qui ont refusé l’article 68 de la Constitution que l’UPR leur a proposé pour la destitution du despote. Ceux là aussi ont leur responsabilité, et elle est très loin d’être négligeable.

Sur ce, vive le Frexit, et vive la France Libre !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.