Spaghetti polonaise

22 février 2021 : la Pologne s’illustre une fois encore ce jour en une parfaite dépendance servile des USA, accompagnée d’une Ukraine lèche-botte depuis que la NSA y a placé son pion maison, en provoquant le rattachement de la Crimée à Moscou, quelques années en arrière.

On devine la guerre d’arrière-plan, où la Pologne et l’Ukraine veulent continuer à se rendre indispensable dans l’acheminement des ressources énergétiques nécessaires à nous chauffer en hiver, en exerçant le traditionnel chantage au robinet fermé – sans parler des nombreuses « fuites » dans le trajet…

Il est clair que pour ces pays, le Nord Stream II est l’ennemi à abattre à tout prix.

Quant aux USA qui veulent écouler leur gaz, une fois encore, on admirera l’absurdité totale de cette mondialisation heureuse, prônée par les jean-foutres de l’UE ! Considérez simplement le coût écologique de traverser régulièrement l’Atlantique, face à un pipeline posé et correctement entretenu.

Quoi qu’il en soit, la vague de froid actuelle aux Texas, qui a déjà tué nombre d’américains, y compris des jeunes enfants, tranche mal avec cette volonté de nous imposer un gaz américain dont nous n’avons pas besoin.

Et on connaît très bien la Pologne, bénéficiaire nette de l’UE, qui s’achète du F35 américain au lieu d’un Rafale qui a fait ses preuves, ou du TGV chinois au lieu du TGV français ou même allemand (ce qui est quasi impossible vu la rancœur entre les deux pays voisins)…

Les polonais ont cette fâcheuse tendance à « oublier » que ce ne sont nos impôts et nos industries délocalisées qui ont redressé leur économie, en affaiblissant la notre, et le fait avéré, largement vérifié depuis des années, est qu’ils s’en foutent royalement de tout retour d’ascenseur en sens inverse !

Ainsi l’appel des deux pays à papy Biden qui perd la boule, en dit long sur ce que représente l’UE : un ensemble d’ânes bâtés, tirant chacun dans un sens différent des autres, et prouvant que non seulement l’union ne fait pas la force, mais qu’il n’y a, une fois encore, aucune solidarité réelle entre pays européens : juste des intérêts antagonistes, qui conduisent inexorablement à une efficacité nulle dans tous les domaines.

Sur ce, vive le Frexit, et vive la France Libre !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.