La muselière

5 septembre 2020 : le gouvernement a découvert ce matin que le virus s’échangeait pas le trou du cul, en conséquence de quoi, il a fait un achat d’ugence de 3,5 milliards de couches culottes chinoises, dont 2,5 en papier, pour 25 milliards d’€. La couche culotte est désormais obligatoire sur la voie publique et dans les entreprises. La police pourra vérifier sa présence par palpation physique, et tout absence de couche donnera lieu à une amende forfaitaire de 135€.

L’utilisation de WC publics ou privés est désormais interdite : la couche devra pouvoir absorber les liquides et matières fécales jusqu’à son changement dans les lieux autorisés. Des points couches seront mis en place pour pouvoir accueillir les couches souillées.

Il est bien entendu strictement interdit d’échanger sa couche culotte avec un tiers. Du talc et des serviettes seront mis à disposition dans les lieux publics et des lieux aménagés dans les centres commerciaux pour pouvoir changer rapidement la couche en cas de fuite ou de remplissage.

Toute déjection sur la voie publique donnera lieu à une amende de 135€. Le décret sera étendu dans les prochains jours aux animaux de compagnie, qui seront aussitôt euthanasiés si leurs propriétaires respectifs refusent de les munir de couches spécialisées, en vente au prix unitaire de 20€ HT dans les magasins. Les reptiles, amphibiens et poissons rouges sont également concernés.

J’arrête ici la fiction : vous aurez compris le message.

Quand on se fout à ce point de notre gueule, en annonçant 9000 nouveaux cas ce matin, à une semaine de la grande manifestation annoncée par les gilets jaunes, il faut à un moment donné arrêter la propagande. Un test PCR prouve juste que vous avez en contact avec le virus, et non pas que vous avez développé la maladie ou que vous êtes malades à l’instant du test. C’est juste la trace d’une infection. Donc vous comptabiliser en nouveau cas, alors que vous n’êtes pas malades, est une escroquerie évidente de la part des enculeurs de mouches !

Autre jean-foutrerie du jour : on nous annonce fièrement ce matin que des étudiants parisiens mobilisés contre la COVID ont reçu en guise de récompense une simple tasse, portant l’inscription « La bataille contre le coronavirus : j’y étais ! ». Mazal Tov ! Même les héros de marvell n’en auraient pas rêver ! Cela étant, un général averti relativiserait immédiatement le propos, en faisant remarquer que gagner une bataille, ce n’est pas gagner une guerre…

C’est à ce genre de foutage de gueule qu’on a vraiment envie de taper dans l’entre-jambe des tocards pour les réveiller. Non sérieux : ces gens devraient être enfermés d’urgence dans un asile psychiatrique pour excès de poudreuse. Se foutre à ce point de la gueule des soignants donne juste envie de les laisser crever en cas d’infection. Et de leur fournir encore des couvertures contaminées pour accélérer le grand ménage !

On en vient réellement à souhaiter un coup d’état de l’armée pour renverser ces guignols et leurs complices, parce qu’arriver à raconter autant de bobards, aussi grotesques et mensongers, et surtout en continu, démontre bien à quel point la psychose européiste les a frappé !

Le réveil risque d’être douloureux, et j’espère sincèrement qu’il le sera.

31 août 2020 : j’ai au la mauvaise idée ce matin de me demander combien de masques avait été finalement commandés par la France, et à quel prix.

Et là, je suis tombé sur cet article de juin, paru sur TechHopital, qui m’a appris que ce n’est pas pas 1 milliards de masques, mais 3,4 qui ont été commandé par notre pays, dont 2,4 milliards de masques chirurgicaux parfaitement inutiles face à la COVID, puisque non FFP2/FFP3 !

Quant au coût total, j’ai halluciné devant le 2,5 milliards d’€ ! Rappelons qu’n 2010, il y a à peine 10 ans, dans la crise du H1N1, les 1,7 milliards de masques commandés (tous des FFP2 de mémoire), avaient coûté 350 millions d’€ !

Mais c’est vrai qu’en 2010, la France produisait encore des masques de qualité sur son sol, bien loin de la merde chinoise prévue pour casser à la moindre tension sur l’élastique. Sans même parler des coûts d’importation depuis l’autre côté de la planète et du coût écologique indécent qui va avec.

En conclusion : si l’UE n’avait pas flingué nos moyens de production via ses GOPÉ assassines, la facture en masque côté français aurait été de 700 millions seulement contre 3,4 milliards, ET nous aurions eu une réelle protection avec des masques FFP2 !

On nage depuis 10 ans (et plus…) dans un délire eurofasciste de plus en plus délirant, mortifère, débile, promu par des fous mondialistes, qui vendraient leur mère pour lécher le cul de leurs promoteurs, banquiers et autres milliardaires véreux, en se gavant de bonne soupe sur notre dos, en bons parasites collabos qu’ils sont.

Le seul vaccin efficace contre la connerie eurofasciste de Bruxelles/Francfort/Washington, c’est le Frexit.

Nos amis anglais l’ont compris depuis plus d’un an maintenant. Et si nous ne suivons pas très vite leur exemple, nous finirons comme les grecs, parce que c’est bien cela, « leur projet » de merde, qu’ils peuvent se carrer où je pense – et profondément !

28 août 2020 : un pur délire ce jour, avec le « gentil » Bruno qui est allé « supplier » les entreprises de ne pas utiliser des travailleurs détachés, alors que le même gus sait parfaitement que ces mêmes travailleurs détachés sont le fruit direct de cette putain d’UE – construction fasciste et fascisante que lui, son patron, son parti, et l’ensemble des députés et sénateurs n’ont cessé de soutenir !

Voilà donc que les traîtres à la nation en sont réduits à pleurer devant des patrons qui n’en ont rien à foutre, et qui ne se gêneront pas d’envoyer le bras d’honneur qu’il convient aux intéressés, puisque l’UE non seulement leur en donne le droit, mais les encourage encore ouvertement dans la pratique !

27 août 2020 : un article intéressant où l’on apprend qu’en 10 jours, les 7000 verbalisations à 135€ ont rapporté 945 000 € à l’état. Pas la peine de demander qui va payer l’incompétence crasse et publique des fonctionnaires du régime de Bruxelles, et ses milliards de masques dont la qualité chinoise se passe de commentaires.

La muselière va devenir obligatoire non pour des raisons sanitaires (les masques distribués n’étant ni FFP2, ni FFP3 – donc parfaitement inutiles hors crachats ou toux), mais bien pour des raisons de sucer les français encore plus – un peu comme ces radars inutiles que tous les usagers du coin connaissent, et qui ne sont finalement que des pièges à cons – pardon : à touristes de passage, français ou étrangers…

23 août 2020 : la muselière électronique avec puce RFID intégrée, destinée – comme par hasard – aux seules entreprises, a donc fait son apparation – merci encore à ce bon vieux COVID franco-chinois, grâce auquel on peut désormais pucer les gens de manière obligatoire, et sans même qu’ils s’en aperçoivent !

N’oublions pas en effet que c’est l’employeur qui distribue les masques à ses salariés – lesquels ne peuvent légalement les refuser, sinon c’est excommunication sans indemnité pour « faute grave ». Et ce alors qu’en plein confinement, il y a encore quelques mois en arrière, quand le compteur macabre tournait à plein régime, on nous expliquait bien que ces mêmes masques ne servaient à rien !

Le patronnat se retrouve ainsi en position de force, et nul doute que certains ne se priveront pas de détourner le système dans d’autres usages, bien moins avouables…

Mais le pire, c’est l’excuse trouvée : on nous explique que ce puçage ne concerne que les masques en tissus, et que la puce servirait à connaître le nombre de lavages… Sachant que les mouchoirs en tissu sont conservés à vie, et bien souvent encore de génération à génération, on admirera toute la débilité du propos !

On espère que les salariés concernés se révolteront contre leur direction, et exigeront tous des masques non-RFID, histoire de bien faire comprendre à nos milliardaires véreux qu’ils peuvent tous aller se faire foutre !

19 août 2020 : la muselière va donc devenir obligatoire partout sur le lieu de travail, parce qu’il faut écouler les stocks au plus vite, la seconde vague ne venant toujours pas, et les prétendus vaccins commencant à arriver…

En clair : la stratégie d’encourager gentiment les entreprises à faire 10 semaines de stock n’a donc pas fonctionné comme prévu – d’où l’obligation législative pour forcer la main de ceux qui n’ont pas encore verser leur impôt COVID à l’état !

Sinon la vaccination obligatoire en Australie nous annonce déjà la suite, avec cette putain d’UE qui est allée préempter de l’achat de vaccins comme beaucoup d’autres, car il faut désormais empoisonner un maximum de gens, le COVID n’ayant pas fait assez de morts. Chantons tous en cœur le credo du sang contaminé : « responsable – mais pas coupable ! » – on dira qu’on ne savait pas et qu’on a fait au mieux – comme d’habitude !

Cela étant, et Raoult a raison de le souligner : un vaccin ne servira pas à grand chose face à un nouveau virus mutant… Le vaccin contre la grippe pour les personnes âgées est un bon exemple : c’est chaque année un loto pour savoir si on a sélectionné la bonne souche ou pas ! Et tant pis pour nos vieux qui se retrouveront affaibles par la mauvaise souche, et qui finiront plus tôt dans un cercueil ! La faute à pas de chance…

Quant au remdesivir, autorisé malgré des effets secondaires désastreux et parfaitement connus, on a une envie folle de leur en injecter une bonne dose dans la carotide, juste pour leur faire comprendre que nous ne sommes pas leurs cobayes de laboratoire !

Arrêtons la plaisanterie : l’augmentation du nombre de cas, que la presse prend un plaisir fou à relayer ces derniers jours pour préparer l’opinion, est juste le fruit de l’augmentation du nombre de tests.

L’épidémie est de toute évidence sous contrôle, pour le moment du moins. Il vaut donc mieux soigner avec des médicament connus, l’azithromycine et le zinc faisant apparemment consensus. Je ne prendrai pas partie sur l’HCQ, aucun des deux partis n’ayant prouvé son propos pour ma part.

La seule chose que j’en retiens, c’est que les français ne supporteront pas longtemps leur nouvelle muselière gouvernemental, surtout avoir subit 2 mois de confinement parce que des incapables et des menteurs publics se sont avérés incapables de prendre les décisions logiques qui s’imposaient !

Messieurs et Mesdames les élus, vous allez beaucoup trop loin, et cette fois, vous risquez de le payer au prix fort !

Car les français en ont marre de vous, en ont marre de vous voir couvrir ces incompétents, en ont marre de vous voir dépasser les prérogatives de vos mandats respectifs en trahissant le peuple de France, et en ont enfin marre de voir votre dédain de la chose publique !

Vous n’êtes pas intouchables, comme le démontre le nombre croissant d’agressions envers des maires, et ce n’est pas un garde du corps – même armé et entrainé – qui vous protégera de la colère légitime du peuple français !

Au rythme où vont les choses, je ne serais vraiment pas surpris demain d’apprendre qu’un ou plusieurs politiques se sont faits assassinés sur le continent. Ce ne serait bon pour personne, même pas pour nous à l’UPR. Mais quelques part, il faut bien l’avouer : vous le cherchez de plus en plus…

Il vous reste l’article 68 pour dégager le charlot et sauver votre peau. Et à votre place, j’y réfléchirais de plus en plus sérieusement, parce que pour ma part, avec 30 000 morts sur la conscience, vous devriez déjà tous être en prison à vie !

Le simple fait de voir Balkany dehors, en train de danser en faisant un bras d’honneur à la justice, justifierait à lui seul un référendum sur le retour de la peine de mort pour les élus pourris, et pour tous les politiques dont la haute trahison est devenu le modus operandi.

Sur ce, Vive le Frexit, et Vive la France Libre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.