Les Asselineau leaks

16 mai 2020 : conçernant les Assenileau Leaks ou les pro et anti-FA se renvoient la balle sur internet, on va faire court : pour ma part, il y a maintenant eu dépôt de plainte, et c’est tant mieux, parce que la justice doit trancher cette affaire.

J’ai un jour donné ma confiance à Asselineau face à ses arguments sur l’UE, l’euro et l’OTAN qui sont clairs, sans ambiguité, avec l’objectif de sauver mon pays des eurofascistes, écrit en noir sur blanc dans la Charte fondatrice, et je ne quitterai pas le navire avant que cet objectif soit rempli, l’UPR étant le seul parti 100% légitime et le mieux placé pour l’atteindre.

Cela étant, un parti, ce n’est pas son fondateur ni une autre personne. Si Asselineau est reconnu coupable, il devra bien entendu partir – rien à redire sur la chose. Ma confiance a aussi ses limites. Et dans ce cas, le BN sera évidemment conforté dans sa démarche. Inversement, si Asselineau est reconnu innocent, ce sera à ses accusateurs de prendre le large ou de s’expliquer clairement devant les militants.

Maintenant pour répondre à Penseur Sauvage, qui confond un peu trop les « fans inconditionnels » de FA avec l’ensemble des militants, l’UPR n’a peut-être fait qu’1% en 2017, mais ce 1% là a encore son cerveau et son esprit critique, contrairement à 99% des français lobotomisés par leurs merdias.

Or certaines vidéos, sur internet, laissent penser que d’autres cadres de l’UPR pourraient avoir eu des comportements « déplacés », pour ne pas dire scandaleux. Et là je lance un message clair et net à tous les membres du BN et cadres de l’UPR, signataires ou non : nous, les militants, nous attendons de votre part un comportement exemplaire, et tout manquement à ce devoir doit vous conduire à la démission !

On repproche assez aux autres partis d’avoir les mains sales et couvertes de boue. On veut des responsables « propres » et irréprochables ! Et pas seulement le président.

Pour finir, quelle que soit l’issue de cette affaire, j’attends dans tous les cas la démission de ceux qui ont fourni les journalistes, car ceux-là ne méritent pas notre confiance. Dans tous les cas de figure, cette affaire aurait en effet du se régler en interne. Et si cela n’a pas été possible, alors c’est que nos statuts sont à revoir et à modifier pour que cela le devienne.

Tout ce que j’espère, c’est que la justice tranchera rapidement, et qu’on ne va pas traîner cette histoire dans la durée. 2022 approche, et nous avons plus que jamais besoin de cohésion, pas de fracturation .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.