Le (grand) malade

MAJ : on apprend ce soir que la France passe du stade 2 au stade 3, c’est-à-dire fermeture des cafés, restaurants, cinémas et autres commerces jugés « non essentiels ». Mais côté élection, hors de question de repousser le scrutin prévu demain dimanche. Quand on vous dit que ces gens de LREM sont des enfoirés de première classe, on est encore bien en dessous de la réalité…

Sinon nos amis gilets jaunes ont donc bravé l’interdiction de rassemblement de plus de 100 personnes ce samedi encore – seuil comme par hasard abaissé dans l’urgence. On appréciera notamment la réaction du syndicat alliance de la police ce soir, dont le « civisme » et le « sens des responsabilités » feront pouffer de rire tous ceux et celles qui suivent les interview de M. Alexandre Langlois, du syndicat concurrent VIGI, dans lesquelles les nombreuses révélations laissent apparaître un trucage des élections dans la police même, avec l’aval de l’état complice. Une « alliance » peut-être, mais uniquement avec le pouvoir, et qui démontre clairement que même dans la police, la pourriture fait son chemin.

MAJ du 16 mars : une autre affaire en cours sur le syndicat alliance, dénonçant ce qui semble bien être une agression gratuite sur un jeune de 16 ans à Marseille, nous donne une bonne idée de l’esprit d’impunité absolue qui règne dans ce triste syndicat.

Article original :

14 mars 2020 : si quelqu’un avait encore le moindre doute sur la folie furieuse qui règne à l’élysée, et le manque total d’empathie du locataire des lieux envers le peuple français – alias les sans-dents pour les intimes – ce doute n’est désormais plus permis.

Alors qu’on confine les élèves et les personnes âgées, qu’on empêche les manifestations des Gilets Jaunes en interdisant les rassemblements de plus de 1000 personnes, qu’on annule les grands événements culturels du printemps partout en France, qu’on demande même aux familles de repousser les cérémonies prévues, le fils de Rothschild a donc décidé, après mûre réflexion, que notre vie ne valait pas plus que la carte d’électeur qu’il nous envoie, et a donc choisi de maintenir coûte que coûte les élections municipales.

Vous avez donc le droit de crever ce dimanche, mais uniquement après avoir déposé votre bulletin dans l’urne prévue !

Le message est clair pour tout le monde. Et dans la tête du fou, nul doute que si le coronavirus pouvait nous débarasser rapidement de ces retraités devenus inutiles pour la société et le capitalisme (sauf les copains, bien entendu), ce serait toujours bon à prendre…

Ah il a vraiment bon dos ce coronavirus : pile-poil au bon moment où les gilets jaunes commençaient enfin à afficher des panneaux Frexit dans leurs manifestations !

Autre petite anecdote toujours croustillante à entendre : l’élysée a récemment invité tous les partis politiques pour communiquer sur l’épidémie. « Tous » disent les médias en cœur ? Bien sûr que non ! Comme par hasard, ils ont une fois encore « oublié » d’inviter l’UPR et son président !

Et oui : on est fasciste ou on ne l’est pas…

En tout cas, cette attitude de déni démontre une nouvelle fois que l’UPR est bien le seul parti d’opposition dans ce pays, tous les autres étant de fait des complices avérés du pouvoir en place, juste bons à manger la soupe qu’on leur sert !

Sur ce, vive le Frexit, et vive la France Libre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.