L’insulte de trop

1er janvier 2020 : pour bien commencer l’année, le locataire de l’élysée a donc décidé d’envoyer un grand bras d’honneur à tous les futurs retraités, en élevant le patron français du fond Blackrock au grade d’officier de la légion d’honneur. Napoléon s’en retourne encore dans sa tombe !

De toute évidence, le scandale de l’ex-ministre Jean-Paul Delevoye, passé chez ce même fond Blackrock, et qui a exercé une activité professionnelle à côté de ses fonctions ministérielles pendant plusieurs mois, avec l’aval de l’élysée et de matignon, et ce alors que notre Constitution l’interdit explicitement, ne suffisait pas.

Alors que ce premier scandale, à lui seul, justifierait pleinement d’enclencher l’article 68 de la Constitution pour la destitution du fils de Rothschild, comme proposé par l’UPR aux parlementaires depuis des mois déjà, voilà que ce dernier en remet donc une couche, en faisant l’énorme erreur tactique d’afficher sa coucherie avec le fond Blackrock.

Il faut bien comprendre qu’on vient ici de dépasser le stade de la haute-trahison caractérisée ; car en faisant de la sorte, le locataire de l’élysée démontre toute sa schizophrénie, à un stade déjà bien avancé ! Non, vraiment : il faut vraiment être fou à lier pour s’imaginer intouchable à ce point, et défier aussi ouvertement le peuple français !

Alors qu’est-ce que le « grand malade » a donc dans la tête ?

Pousser les gilets jaunes et français qui n’ont plus rien à perdre à bout, en les incitant au meurtre et à la violence, dans le but d’imposer l’interdiction de toute manifestation et de faire passer des lois encore plus liberticides ? C’est une possibilité non nulle, et une stratégie très courante chez les dictateurs. Le seul problème logistique, c’est que les prisons de France ne sont pas assez nombreuses pour accueillir des millions de gens. Et si l’état français comme tout autre possède son « permis de tuer », une nouvelle shoah serait quand même trop visible à notre époque.

Concentrer la haine populaire sur sa seule personne, afin d’épargner les copains de Bruxelles ? C’est déjà le cas, même si ça reste un jeu fort dangereux à terme. Après tout, si les juifs ont chassé du nazi jusque dans les chiottes, les français n’oublieront pas non plus leurs traîtres : députés, sénateurs, ministres ou autres… qui permettent à LREM de continuer son travail de destruction du pays. Le monde n’est plus si vaste qu’à une certaine époque, et les politiques d’oublier trop souvent qu’on trouve très facilement des renseignements sur eux via l’internet.

Désire-t’il mourir en martyre de l’UE, victime d’un coup d’état de l’armée, reprenant le contrôle du pays ? Il y a certes une vision masochiste et morbide dans un personnage autorisant l’usage de LDB et grenades offensives contre le peuple français – qui n’est définitivement pas son peuple… Encore faudrait-il que l’armée française se souvienne déjà de qui est son véritable employeur. Et là malheureusement, depuis l’élimination de Kadhafi, le pouvoir a appris à parachuter ses propres généraux pour éviter les éventuels « problèmes » d’allégeances.

Espère-t’il tout simplement une place de choix chez Blackrock, une fois qu’il aura vendu notre retraite au fond ? C’est pour ma part plus que probable. Tout traître attend sa récompense, comme un chien attend son sucre. Et le maître de macron, c’est l’argent d’où qu’il vienne, quelle que soit son odeur. Après tout, n’en déplaise aux sans-dents : macron aussi à le droit de préparer sa retraite !

Bref, face à un malade de cet acabit, trahissant aussi ouvertement la Constitution, l’article 68 aurait déjà du être enclenché depuis longtemps. Et chaque jour qui passe de démontrer toute la duplicité des députés et sénateurs, lesquels refusent d’enclencher cette procédure de destitution, et se rendent donc complices des actes de l’intéressé ! La collaboration active du parlement et du sénat ne font plus aucun doute, et choisir de ne rien faire EST un acte volontaire et réfléchi.

En tout cas, ce début 2020 démontre que nous sommes arrivés à un tournant. Personne n’attend d’un fou qu’il conduise un avion. Alors un pays…

Sur ce, Vive le Frexit, et vive la France Libre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.