Un pont trop cher ? Un pont coulé !

19 novembre 2019 : face à l’accident du pont de Mirepoix-sur-Tarn, ruiné après le passage d’un camion, je tiens d’abord à adresser mes condoléances aux familles des victimes.

Rappel des faits : il y a 2 jours, un camion de 20T, transportant une foreuse de 30,8T, soit prêt de 51T au total, s’est engagé sur ce pont, limité à 19T. Pas la peine d’être un génie en maths pour comprendre que même avec un coefficient de sécurité de 1,5 sur l’ouvrage, la probabilité de finir dans le Tarn était plus qu’élevée.

Quant à s’acharner sur la responsabilité du chauffeur, décédé dans l’accident, c’est oublié que de témoignages publics, beaucoup d’autres camions avaient pris la mauvaise habitude de franchir ce pont avec un tonnage dépassant la limite autorisée. La justice tranchera sur les responsabilités – mais quelle que soit sa conclusion, il est déjà évident ici que l’ouvrage d’art était sous-dimensionné par rapport aux besoins réels.

En clair : un agrandissement du pont ou un nouvel ouvrage auraient du être à l’oeuvre depuis longtemps sur cette portion de départementale. Et la puissance publique d’avoir clairement failli à son devoir dans le cas présent.

Comme mes autres amis upéristes, je suis bien forcé de rejoindre notre président, qui dénonçait les quelques centaines de millions manquants chaque année pour entretenir correctement nos ponts & chaussées. Pire encore, puisque des 10 milliards d’€ que nous laissons chaque année dans la machine à broyer nommée « UE », d’autres pays, bénéficiaires nets, se construisent des ouvrages d’art avec nos impôts, via des maîtres d’œuvres… chinois !

Comme nos amis polonais et tchèques, également bénéficiaires nets de l’UE sur notre dos de contribuables, et qui se payent respectivement des F35 américains ou des trains chinois, le retour d’ascenseur n’existe pas dans l’UE. Il n’y a pas de peuple européen, pas de fraternité européenne : juste des pays qui défendent chacun leurs intérêts nationaux, et se sont eux-mêmes enchaînés à de mauvais traités, irréformables et suicidaires, dictés par les américains dans l’après-guerre, trop heureux d’enchaîner entre eux ces européens stupides et corruptibles.

Nous, les contribuables français, sommes juste de parfaits pigeons que l’on plume pour aller nourrir pour les pays de l’Est et du Sud, depuis 1992, en nous ruinant chaque jour un peu plus, et sans aucune contre-partie de ceux à qui nous avons déjà versé des centaines de milliards d’€ cumulés, et qui nous prennent à juste titre pour les cocus que nous sommes.

Ne confondons pas non plus l’effondrement de ce pont avec celui du viaduc de Gênes l’an passé, car comme dit plus haut, même avec un pont parfaitement entretenu, l’accident de Mirepoix-sur-Tarn aurait sûrement eu lieu, au regard des chiffres.

En revanche, on peut légitimement craindre que d’autres ouvrages d’art français et européens soient actuellement sous-dimensionnés, comme le fût ce pont, et que les conséquences soient demain les mêmes. Et là on ne parle même pas des défauts d’entretiens connus sur les ponts et chaussées existants

À chacun donc de savoir s’il veut demain mourir comme ce pauvre chauffeur, au nom d’une idéologie totalitaire, défendue par une mafia de banquiers, de politiques et de milliardaires, seuls bénéficiaires de la chimère européiste.

Pour nous, il est évident que tant nous ne sortirons pas de l’UE, et que nous ne redonnerons pas la priorité aux intérêts nationaux évidents, nous continuerons de voir nos infrastructures mis à mal, chacun pouvant être demain la victime innocente du dogme fasciste qu’est devenue la construction européenne.

L’UPR est le seul parti dont le programme politique est sans ambiguité : on sort d’abord de l’UE, de l’euro et de l’OTAN, en se regroupant et en évitant les sujets trop clivants, puis on utilise le RIC/RIP pour demander aux français ce qu’ils veulent.

C’est la seule stratégie réaliste, juridiquement fiable et donc inattaquable, respectant également nos partenaires et amis, et libérant le peuple français des voyous de tous bords qui nous trompent depuis plus de 25 ans !

Nous n’avons pas besoin de l’UE : nous avons très bien vécu sans. Et une fois encore, force est de constater que l’UE mène naturellement au désastre total ; dans les transports ici concernés, mais également dans tous les autres domaines, sans exception !

Il est temps d’en tirer les conclusions qui s’imposent, et d’arrêter de croire au Père Noël et à une sempiternelle « autre europe » qu’on nous bassine depuis les années 60 !

Sur ce, vive le Frexit, et vive la France Libre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.