La paix assassinée

12 novembre 2018 : alors que les célébrations du 11 novembre viennent tout juste de se terminer, l’homme qui se prenait pour un président nous annonce fièrement que Facebook va accueillir des « régulateurs français pour travailler sur la lutte contre les contenus haineux ou offensants » .

À 6 mois des européennes, personne n’est dupe sur la manœuvre, face à une UPR plus en forme et remontée que jamais sur les réseaux sociaux et le web.

En outre, le CSA a bien été obligé de reconnaître publiquement que notre mouvement n’avait rien d’extrémiste, puisque classé judicieusement comme Divers par le Ministère de l’Intérieur, au-dessus des clivages gauche-droite habituels.

Comme nous ne cessons de le répéter, l’UPR est un parti de rassemblement temporaire, destiné à libérer le pays d’une bande de collabos et de traîtres qui n’a cessé de nous détruire, de nous vendre par partie, de démanteler notre droit du travail et nos services publics, au seul profit de 0,005% de crevards, qui possèdent aujourd’hui le contrôle total de tous nos grands  « merdias » !

En ces jours de commémoration, la conférence du 11 novembre de François Asselineau est d’autant plus symbolique par son lieu, puisque menée à la Taverne du Croissant, c’est-à-dire à l’endroit même où Jaurès fut assassiné le 31 juillet 1914 pour avoir osé prévenir de la dangerosité des alliances automatiques, et s’y être vigoureusement opposé.

On connaît la suite : quelques jours plus tard, la première guerre mondiale éclatait et se généralisait précisément par ce même jeu des alliances automatiques, menant à des millions de morts qui remplissent encore nos lieux de mémoires et autres cimetières militaires.

Le parallèle dressé par le président de l’UPR se veut ainsi un avertissement à tous ceux qui croient encore dans la fable d’une UE et d’une OTAN garants de paix, alors que tout nous prouve aujourd’hui le caractère belliqueux de l’OTAN, depuis la guerre en Irak et ses armes de destruction massives imaginaires (cf. sketch Dieudonné), jusqu’à la récente Syrie qu’il fallait détruire pour affaiblir encore plus les Russes, en passant par la destruction de la Lybie, pour ne prendre que quelques cas de l’histoire récente.

Alors que l’article 42 du TUE vassalise de fait tous les pays de l’UE à l’OTAN, et que les USA ne cessent de piétiner le droit international, en nous entraînant dans des guerres de ressources toujours plus illégales et immorales. Alors que l’OTAN accumule toujours plus d’armes à la frontière russe, et notamment des armes de destruction massives, bien réelles cette fois, en Belgique et en Allemagne. Alors que l’UE détruit en parallèle notre industrie militaire à coup de chiffres d’affaires minimum impossibles à atteindre. Alors qu’une bande d’enfoirés a vendu la turbine de nos centrales nucléaires à GE, et donc l’indépendance de nos SNA.

En enfin, alors que l’OTAN a lancé ses plus grandes manœuvres depuis la Guerre froide en Norvège, forçant les russes à réagir par d’autres exercices de tirs de missiles dans les eaux internationales, faut-il être fou pour ne pas craindre une nouvelle étincelle qui fera exploser la poudrière ?

Alors non Monsieur Macron : nous n’irons pas demain mourir pour vous sauver, vous et la bande de salopards qui vous commande depuis Washington. Nous n’irons pas demain tuer des russes qui ne nous ont pas agressé, et qui eux ont la chance d’avoir un vrai homme d’état à leur tête, lequel n’est certes pas parfait, mais dont on peut difficilement nier qu’il a su redresser son pays mal en point, et redonner à  son peuple une vision d’avenir !

Comprenez bien que les français ne verseront une goutte de leur sang pour vous, et si vous continuez dans la haute-trahison qui est votre moteur de toujours, nul doute qu’à terme, les français se ligueront ensemble pour vous renverser, comme ils l’ont déjà fait plusieurs fois avec leurs tyrans dans leur histoire. Mais il est vrai que vos connaissances dans ce domaine, comme dans bien d’autres malheureusement, n’arrivent pas à la cheville d’un certain François Asselineau…

Et vous pouvez toujours exacerber encore plus la colère des français via un « venez me chercher » qui vous reviendra dans la figure. L’histoire du monde l’a maintes fois prouvé, de l’Archiduc François Ferdinand et de son épouse jusqu’à Kennedy : les statuts sociaux ou politiques ne sont jamais à l’épreuve des balles.

De notre côté, à l’UPR, nous savons de toute façon que vous n’êtes qu’une marionnette de plus, et une fois l’UPR aux affaires, et le Frexit enclenché, vous aurez de toute façon des comptes à rendre. Profitez donc bien de vos voyages onéreux aux frais du contribuable français en nous insultant dès que vous êtes loin du sol français.

Sinon on a vu dernièrement un autre débile s’imaginer qu’il était intouchable, et oser prétendre qu’il était à lui seul la République !

Tout le monde aura ainsi constaté la pathologie évidente du sieur, qui a oublié qu’il n’y a qu’une seule République, une et indivisible : c’est le peuple français ! Porter une écharpe tricolore autour du cou ne fait pas de vous un intouchable : juste un salarié de la République payé par le contribuable, donc redevable envers ce dernier, et surtout un justiciable parmi d’autres.

Il est vrai que ce mangeur de soupe, payé depuis des années pour neutraliser 30% de l’ancienne gauche via ses plans Q à la noix, ne fait toujours que suivre les autres chiens européistes, en promettant une autre europe impossible à obtenir, comme l’a largement démontré l’UPR depuis 11 ans !

Il n’y aura pas plus de pitié à avoir avec les collabos des autres partis qui connaissaient tous parfaitement le fonctionnement mortifère de l’UE, mais qui ont passé ces 25 dernières années à nous mentir, en nous spoliant de notre démocratie, de notre indépendance et de notre souveraineté ! Ceux-là ont également fait le choix délibéré de la collaboration active avec une puissance étrangère, et auront donc des comptes à rendre le moment venu.

Vive le Frexit, et vive la France Libre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.