Bac à l’eau (en?) réa

7 juillet 2021 : c’est avec fierté que notre Sinistre de l’Education nationale, le sieur Blanquer, est donc venu annoncer ce jour un taux historique de réussite de 95,2% au BAC 2021 – rattrage non inclus !

Autant dire que LREM a bien réussi son coup : démolir un examen officiel qui, quoi qu’on en dise ou qu’on en pense, permettait quand même aux élèves de lycées de se « placer » les uns par rapport aux autres, avant d’aborder d’éventuelles études supérieures.

Il est évident qu’à 95,2% de réussite, la valeur du BAC 2021 a atteint celle d’un rouleau de papier cul, et vous pouvez littéralement vous torcher les fesses avec ! Avec un tel taux, les bons élèves vont logiquement se retrouver handicapés par le nombre, et les mauvais élèves vont aller pourir le supérieur, avec un niveau trop bas pour être rattrapé. Désastre annoncé donc – mais il est vrai que les facs existent pour former des chercheurs, et non pour apprendre un métier… Occuper le bétail en ruinant les familles a au moins un mérite : faire baisser les stats de Pôle Emploi !

À leur décharge, reconnaissons à nos pôvres élèves d’avoir été les victimes innocentes de la COVID maudite, venue foutre encore plus de bordel qu’à l’accoutumée, chaque ministre de l’éducation imposant une nouvelle réforme inutile, épuisant toujours plus les personnels de l’éducation nazionale. Et avec des cours à distance moins attrayants, moins surveillés, et moins suivis, il ne fallait pas s’attendre à une promotion Einstein. Soit.

De là à trafiquer les notes de contrôle continu, avec la bénédiction du Ministère, il y avait peut-être quand même une limite à ne pas dépasser…

Et puis il faut arrêter de croire que vous stigmatisez un élève en le forçant à redoubler : c’est exactement le contraire – s’il n’a pas le niveau, il vaut mieux lui laisser plus de temps, que de le retrouver coincé et découragé plus loin. Mais ça évidemment, Bruxelles n’en veut pas : le redoublement coûte cher (30k€/élève), donc on baisse le niveau et on le laisse passer.

Ajoutez à cette sauce BAC un menu « à la carte », ou vous pouvez faire de la physique et ne plus avoir de maths en Terminale – un peu comme si vous vouliez être médecin, mais sans faire de biologie… Ce BAC est pleinement à l’image des bouffons de l’assemblée nationale, du sénat, de matignon et de l’élysée réunis qui en sont directement responsables : un grand absurde vide de sens, un trou noir de la pensée eurofasciste !

Qui plus est : les maths font peur aux élèves, certes. Mais elles font surtout peur à Bruxelles, pour qui la logique et le raisonnement sont deux choses que le peuple doit vite oublier. Pour nos eurofascistes, un bon citoyen est d’abord un esclave endetté, suivant le troupeau, écoutant BFMWC avec une télé allumée en permanence, et veautant « utile », parce que trop con pour réfléchir par lui-même. Une sorte de chien obéissant, tenu en laisse, que l’on peut museler à souhait, ou réprimer à coup de batons, via la milice armée des euronazis, quand l’objet veut se faire sujet.

On ne parlera pas non plus de l’épreuve finale du « grand oral », bricolée en catiminie, ou vous jouez votre note de l’année en 20mn. Un fiasco de plus, entre les profs qui étaient là mais pas les élèves, les élèves qui étaient là mais pas les profs, des jurys complètement absurdes, mêlant un prof de la matière avec un quidam qui n’y connaît rien, etc.

Et n’oublions « parcours sup » : un autre désastre qui dure depuis bien trop longtemps, où l’on tue le mérite à coup d’algorithme obscure, dont personne n’a le code source, la logique du nombre l’emportant sur la qualité. Le bétail doit être placé partout, et tant pis pour les ruminants déçus : la boucherie de l’UE n’attend pas !

Alors je ne sais pas si M. Blanquer dormira bien ce soir. Mais de la même manière que les bouffons ont été incapables de distribuer la propagande électorale des récentes régionales, ils ont été incapables de préserver un BAC qui faisait la fierté de la France et de ses citoyens.

Honte à ces bouffons grotesques et ridicules, que l’on espère bientôt voir traduits en justice. L’horloge tourne, et viendra l’heure des comptes.

Sur ce, vive le Frexit, et vive la France Libre !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.