L’art de la guerre en politique

8 mai 2018 : Plus un mouvement politique grossi en taille et en nombre, et plus il devient sujet aux attaques débiles et mensongères de ses adversaires. C’est d’autant plus vrai quand vous êtes un parti d’opposition – le seul en fait – à dire la vérité aux français, à savoir que la grande majorité de nos problèmes financiers et sociaux sont la conséquence directe de notre appartenance (et soumission) à l’UE, l’euro, et l’OTAN.

Ainsi depuis une bonne journée maintenant, un « sous-marin » qui se fait passer pour l’UPR a créé une superbe fake news internet, voulant faire croire que notre mouvement serait proche d’obédiences maçonniques, ce qui n’est évidemment pas le cas, et ne le sera jamais.

Pas la peine de faire partie du bureau national pour comprendre immédiatement qu’on a à faire à des militants d’autres partis, venus torpiller un compteur d’adhérents qui vient tout juste de dépasser les 31200, et qui commence sérieusement à inquiéter les fascistes qui nous refusent l’accès aux grands médias !

Mais le plus amusant, c’est de voir que certains militants UPR, qui devraient pourtant être habitués à la désinformation de nos adversaires de par leur ancienneté dans le mouvement, sont à la limite de tomber dans le panneau. Venant de la part de gens qui, en rejoignant l’UPR, ont quand même prouvé qu’ils savaient utiliser leur cerveau, ce manque de critique choque quand même un tantinet...

On peut certes fustiger le manque de réaction de notre président, mais il faut bien comprendre d’abord que l’intéressé ne peut pas perdre son temps à démentir chaque petit con venu foutre le bordel sur internet – il y passerait sa vie, et ne ferait plus rien à côté !

En outre, prendre du recul permet de bien se renseigner sur ses adversaires, et de faire le ménage qui s’impose le moment venu. Dans le cas présent, il y a peu de doute que le bureau sanctionnera comme il se doit les personnes concernées.

Enfin, dans toutes les entreprises et groupements politiques, c’est aussi le rôle des lieutenants que de protéger le président des petits malfrats, ce qui a ici parfaitement fonctionné. Donc ceux qui s’offusquent de l’absence de réaction de la part du chef feraient bien de réfléchir un peu plus, et de se calmer.

La bonne nouvelle au final, c’est que cette affaire révèle surtout la peur qui s’installe chez nos adversaires, car si nous étions insignifiants et inoffensifs, on se garderait bien de nous attaquer ainsi !

Prenons donc cette histoire avec le sourire, et remercions nos adversaires pour cet « honneur » qu’ils nous font ! Contrairement à eux, nous n’avons pas besoin de fake news pour exister et nous développer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.