De l’art de la dictature

MAJ 3 mars 2017 : le Conseil Constitutionnel, présidé par un certain Laurent Fabius, a décidé de participer pleinement à la censure médiatique de l’UPR ce week-end, en « oubliant » de comptabiliser les parrainages officiels de M. Asselineau ce vendredi, lequel avait déjà reçu le soutien de 60 maires mardi 1er mars…

Quand on sait que dans son programme, M. Asselineau a annoncé la réforme du CC en profondeur, on comprend que les huiles de service ne soient pas très enclins à jouer ce qui est pourtant leur rôle démocratique, donnant encore plus raison au président de l’UPR !

La méthode totalitaire qui consiste ici à favoriser ou dénigrer un candidat est tellement évidente qu’elle a donné lieu à un communiqué officiel de l’Association des Maires Ruraux de France dénonçant publiquement la manœuvre infâme. On peut légitimement penser qu’outre la colère légitime des 16250 adhérents UPR ce vendredi, les maires qui ont parrainé M. Asselineau n’apprécient pas que Paris fasse la pluie et le beau temps sur la campagne en cours.

Rappelons enfin que le parrainage sert à filtrer les candidats sérieux, et ne force pas le maire à partager les idées du candidat. C’est un acte purement démocratique de la part du maire, qui prouve ainsi son attachement à une vie politique « normale » et au débat démocratique des idées.

Refuser de parrainer est ainsi un acte anti-démocratique, et quand on sait que plus de la moitié des maires de France refusent de parrainer qui que ce soit par simple peur des représailles des grands partis, on en déduit que ce système est vraiment à bout de souffle, ce qui ni une raison ni une excuse pour absoudre ici M. Fabius de trahir une nouvelle fois le peuple de France.

MAJ 24 février 2017 : Voilà qu’on parle désormais d’un débat TV en cours de préparation entre 5 candidats de l’oligarchie, et ce comme par hasard juste avant que le temps de parole ne devienne égalitaire…

20 février 2017 : jusqu’où iront-ils ?

C’est la question qui m’est venu ce matin à l’esprit en lisant un article de maire-info dans lequel on apprend que les formulaires de parrainages seront envoyés en retard de quelques jours aux élus, avec des conséquences « mécaniques » en terme d’agenda pour l’élection proche…

Quand on sait que les fascistes au pouvoir ont fait discrètement passer leur loi Urvoas fin 2015 pour se mettre encore plus de temps de parole dans la poche, parce que leurs primaires débiles et lamentables ne leurs suffisaient pas, et qu’il faut à tout prix occuper le terrain pour empêcher M. Asselineau de s’adresser au peuple français.

Quand on sait que le CSA et son président M. Schrameck se sont mis hors la loi, en refusant à l’UPR les 0,8% de temps de parole qu’elle était légitimement en droit d’obtenir.

Quand on sait enfin les manipulations infâmes de certains journalistes complices à l’antenne, preuves vidéos accablantes à l’appui, qui continuent de manipuler leurs spectateurs ou auditeurs chaque jour via une méthode Coué/Cohen absolument écœurante.

On se dit sérieusement que cette élection est la dernière où nous pouvons encore sauver notre pays, avec M. Asselineau et ses 16000 adhérents UPR.

Soit nous parvenons à chasser ces traîtres qui nous ont traîné dans la boue pendant 25 ans. Soit ces mêmes traîtres finiront par nous imposer leur europe fédérale, et la France sera rayée de la carte, et ne sera plus qu’une province de l’europe de Bruxelles aux ordres de Washington.

Seul un Frexit pur et dur nous permettra, comme les anglais, d’arrêter de nourrir cette mafia politico-médiatique qui n’a que trop profité de nos impôts, et qu’on espère sérieusement pouvoir traîner devant les tribunaux après le rétablissement du crime de Haute Trahison, retiré de notre constitution en 2007, et celui de complot contre la sûreté de l’état, retiré en 1993.

Là encore, on constatera que M. Asselineau est le seul à parler du retrait de ces crimes de notre constitution, là où tous les autres candidats, y compris les « grandes gueules », se gardent bien d’avouer leurs forfaits ! HONTE À EUX !

Vive le «Frexit», et vive la France libre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.