Les torche-culs en vente libre

21 novembre 2017 : l’UPR vient tout juste de tenir son université d’automne, avec quelques 1100 participants, contre 800 l’an passé.

Ce nouveau succès, alors que le nombre d’adhérents UPR a doublé en l’espace d’un an , pour atteindre bientôt les 30000 (!), démontre une fois encore toute la vivacité et la hargne des militants UPR, laquelle tranche singulièrement avec l’omerta médiatique totalitaire que nous subissons !

Car à part deux courts torchons dans la Nouvelle République, lesquels ne méritent pas le qualificatif d’articles tant le ton utilisé est hostile et partisan (à se demander vraiment si le journaliste avait un flingue sous la tempe en écrivant sa prose), force est de constater qu’une fois encore, le bilan médiatique se résume très simplement : 0 couverture, 0 reportages !

Comme les trous noirs, d’où ne ressort jamais aucune information, nos grands médias sont devenus de véritables torche-culs en vente libre, dignes représentants de l’état totalitaire dans lequel la loi Urvoas et l’élection présidentielle truquée de 2017 nous ont précipitées !

Pire encore : les mêmes salopards, qui ont contrôlent ces grands médias s’emploient désormais à venir ponctionner l’internaute pour (re)financer leur complices télévisuels et radiophoniques ! Quoi de mieux en effet, pour des fils de Rothschild, qu’un esclave qui paye sa drogue, et qu’on peut spolier à loisir ?

Il ne faut pas non plus oublier le grand chantier en cours des fascistes européistes, pour « réguler » les réseaux sociaux au nom d’une lutte contre des fake news ! Que sommes-nous chanceux de vivre dans un état libre et démocratique, où le ministère de la vérité nous guide et nous protège de l’abominable propagande communiste sino-russe !

Rappelez-vous encore de cet affreux article d’Historia, présenté par M. Asselineau durant la campagne de 2017, sur les liens établis entre la CIA et la construction européenne, article que ces braves européistes se sont empressés de mettre sous cloche hermétique et opaque. Il faut désormais réécrire l’histoire pour préserver le mythe européen.

Voilà où nous en sommes en cette fin novembre 2017 : une dictature à la Big Brother, où dire la vérité est devenu un acte de résistance.

Mais ce qui prête le plus à sourire, face à ces tentatives désespérées de l’oligarchie à vouloir cacher la vérité aux français, c’est le contexte actuel de désintégration que l’on observe dans tous les autres partis.

Entre le PS qui se retrouve forcé à vendre son siège après avoir licencié 50% de ses effectifs, le candidat malheureux de la droite qui se retire officiellement de la politique, la Société Générale qui vient d’annoncer qu’elle refusait de continuer à héberger les comptes du FN après que toutes les banques françaises aient refusé de faire crédit à la SARL Le Pen pendant la campagne, et enfin les petites mains de LREM qui quittent par paquets le navire, comprenant tardivement que le fou qui les a mené en bateau pendant des mois se tape royalement et ouvertement de leurs petites éjaculations cognitives et autres desiderata démocratiques, le bateau UPR reste quand à lui imperturbable, fidèle à son programme, fidèle à ses principes, fidèle au respect de sa charte fondatrice : le Frexit, le retour au franc, et la sortie de l’OTAN.

M. Asselineau peut donc afficher un sourire et un optimisme certains : l’UPR continue de gagner du terrain, et est le seul parti cohérent, qui garde son cap malgré vents et tempêtes.

Vive le Frexit, et vive la France libre !

Le suicide espagnol et catalan

1er novembre 2017 : en cette date symbolique, je vous conseille de revoir les quatre vidéos de M. Asselineau sur les eurorégions (datées de 2013 – très riches d’enseignements mais très longues – compter 5h de visionnage au total), lesquelles annonçaient clairement le suicide espagnol et catalan à venir, et plus globalement, la destruction des états nations, remplacés par des eurorégions sous la coupe de Bruxelles, de Francfort et bien entendu, de Washington.

4 ans plus tard, le bilan est sans appel : M. Asselineau avait visé juste, une fois encore.

L’Espagne est en passe de connaître au mieux une désintégration, au pire une nouvelle guerre civile, et toujours pour la même raison de fond : l’argent.

Car derrière les Talamoni et autres grandes gueules qui crachent ouvertement sur la généreuse République de France, personne n’est dupe : les autonomistes sont avant tout des gens qui pensent à leur propre pomme, en utilisant des prétextes culturels locaux pour se mettre les niais dans la poche.

Il est vrai que quand on voit Monaco, Andorre, le Luxembourg et bien d’autres « petits » eldorado fiscaux, certains hommes politiques se mettent soudainement à rêver de devenir le prochain grand souverain d’un nouveau paradis fiscal européen, en oubliant que les années « fastes », ou les banquiers suisses venaient « tirer du client » en France, sont quand même révolues depuis un moment déjà.

Avec la disparition du fiduciaire (argent liquide), et le contrôle absolu des flux de capitaux, planquer l’argent est devenu un sport à hauts risques. Le meurtre programmé du colonel Kadhafi, devenu trop gênant, en est une triste illustration.

Cela étant, s’il deviendra facile à terme de spolier le simple contribuable « à la source », sur ses comptes bancaires ou son patrimoine, afin de rembourser une dette imaginaire et entretenue de toute pièce, il sera tout aussi simple de ruiner les exilés fiscaux à distance, comme le font déjà les USA via des lois d’extra-territorialité.

Ajouter à cela un Brexit qui a démontré la fragilité réelle de l’UE, et un solde Target2 qui s’envole vers les 1000 milliards d’€ de créances côté Bundesbank, et vous comprendrez qu’une indépendance « dans le cadre de l’union européenne » ne garantit aucune source de revenus à terme aux séditionistes, contrairement à un pays souverain qui lui est obligé de supporter ses régions économiquement non viables ou en difficulté, au nom d’une fraternité de principe, laquelle a étrangement disparue de nos pièces de monnaie avec l’euro.

Rappelons également que la seule « solidarité » européenne se résume à arroser des pays de l’est qui nous crachent dessus en retour, au lieu de nous occuper d’abord de nos propres régions. Sachant que le dictateur parachuté par la grâce de Saints Urvoas et Rothschild vient tout juste d’augmenter notre contribution nette au budget européen, et ce alors que l’état a coupé le robinet aux régions, en leur demandant d’assurer ses prérogatives régaliennes, le but final non avoué est bien d’affaiblir ces mêmes régions, en Espagne comme en France, avec les résultats désastreux que l’on observe déjà : fin des emplois aidés, fermeture des structures étatiques de proximité, etc. On pousse ainsi les salariés et les jeunes au désespoir, afin qu’ils détestent leur propre pays, alors que nos problèmes restent avant tout le fruit d’une mafia de traîtres. Le fait est que notre pays n’a jamais été aussi riche – il faut bien garder cet élément à l’esprit.

Les catalans, et chez nous les corses, bretons, alsaciens et autres feraient donc bien d’y réfléchir à deux fois : on peut aimer et défendre sa région et sa culture locale, ce qui est tout à fait honorable, mais de là à quitter l’état nation France, en s’imaginant que l’UE prendra gentiment le relais, c’est plutôt naïf et arriéré comme vision.

Le vrai problème aujourd’hui de la France reste d’abord et avant tout l’UE et ses traités débiles et auto-bloquants, lesquels nous ont conduit où nous sommes : plus de chômage, plus de précarité, moins de couverture sociale, avec la destruction des professions réglementées et des acquis gagnés par nos parents et grands-parents, souvent au prix du sang.

Ainsi, viser l’autonomie régionale, c’est clairement se tromper d’ennemi.

Et l’ennemi aujourd’hui, c’est celui qui utilise l’outil informatique pour nous asservir, passe son temps à nous espionner via ses smartphones fermés, s’emploie à imposer sa langue dans nos universités face à un français bien plus riche et nuancé, utilise ses outils de propagande, et notamment ses films, pour nous imposer sa vision racialiste et culturelle, et tout cela, dans le seul but d’enrichir quelques vieux milliardaires véreux et aigris, séniles et débiles !

Diviser pour mieux régner – c’est là toute la vision des grandes régions de l’UE ! Plus les autonomistes assureront leur travail de sape, et plus nous perdrons ce qu’il nous reste de chance de reprendre le contrôle de notre pays, pour nous et nos enfants !

Aujourd’hui la Catalogne – qui demain ?

Le seul parti d’opposition

2 octobre 2017 : depuis la fin du premier tour, le blacklistage médiatique de l’UPR et de son président M. François Asselineau a donc repris de plus belle, ce qui prouve bien que l’UPR est finalement le seul et unique parti d’opposition réel face aux traîtres et aux collabos en place, lesquels ont réussi à diviser les français en tranches de 20%, pour faire passer leur marionnette minable, dont l’incompétence, le ridicule et le narcissisme maladif soulève l’indignation et la critique ouverte, non seulement en France, mais dans tous les pays où il a l’outrecuidance de poser son séant.

C’est un fait : le système a peur de l’UPR, et ce n’est pas pour rien qu’il s’emploie à se fabriquer un opposant sur-mesure, via le tartuffe Mélenchon actuellement médiatisé comme jamais. Une blague pour qui a lu mon article précédent sur le personnage – et même sans l’avoir lu, la seule présence de M. Mélenchon au club des 5 de TF1, durant la présidentielle, suffit à prouver sa complicité et duplicité évidentes avec la dictature en place.

Les seuls « insoumis » réels en France, ce sont bien les militants UPR, qui se battent jour après jour pour faire comprendre à leurs proches qu’on ne pourra absolument rien faire tant que le contrôle du pays restera dans les mains de Bruxelles, Washington et Francfort.

Vous voulez du social ? Vous n’obtiendrez jamais rien avec Mélenchon, parce que ce type travaille pour l’Europe, contre nos intérêts.

Vous voulez lutter contre l’immigration ? Vous n’obtiendrez jamais rien avec le FN, parce que la smala Le Pen travaille pour l’Europe, contre nos intérêts.

Tant que les insoumis et les frontistes n’auront pas compris l’illusion même de leur partis respectifs, Attali et sa clique continueront tranquillement de les mener en bateau, comme ils le font avec succès depuis 20 ans.

C’est cela la triste vérité.

On ne parle même pas de ceux qui ont osé voté pour le parti du présidu actuel – ceux là ne méritent que le plus profond mépris. Le terme de collaborationniste me paraît bien trop doux pour ces gens qui ont choisi de trahir ouvertement l’état nation France. Il fut un temps d’ailleurs pas si éloigné que cela, où ces gens auraient été passés par les armes pour haute trahison.

Mais je m’interroge.

Une fois que toute l’industrie française aura été bradée aux américains, aux chinois et aux allemands, que le pays ne sera plus qu’un zoo vide, sans emploi, sans sécu, sans protection des travailleurs, que les industries seront mortes, et que tous les problèmes sociaux exploseront, que restera t’il à nos enfants ?

Entendons-nous bien : ce n’est pas un crime d’être riche si on a bien gagné sa vie, et qu’on a travaillé pour le devenir. C’est même un destin à encourager.

En revanche, cela devient un crime quand on passe son temps à voler autrui, en vendant des biens qui ne vous appartiennent pas.

Or nous sommes bien dans ce cas depuis l’ère Sarkozy, qui a bradé 20% de notre or alors qu’il n’était même pas encore président, ou avec M. Macron qui continue dignement son travail de sape, en bradant une seconde tranche d’Alsthom à Siemens, avec les chantiers naval STX en prime côté italien.

Je n’arrive d’ailleurs plus à comprendre ces gens de droite, souvent encartés depuis des années, qui se plaignent constamment de subir, à juste titre, l’assassinat de l’industrie française par leurs élites, avec des normes et des changements à outrance de direction à 180°.

Avec la fin de toutes les professions réglementées, exigée par Bruxelles pour nous ramener au niveau de salaire polonais, croient-ils sérieusement que leur petit réseau chétif les sauvera miraculeusement du déluge, ou que leur ténor leur tendra la main à la première grosse vague venue ? Il les enverra tous balader, et se tirera avec leur fric en sus !

Sérieusement : encore combien de « macronismes » débiles faudra t’il, pour qu’ils comprennent enfin que l’article 50, qui permet le « Frexit », est la seule et unique porte de sortie possible pour sauver notre pays de la merde européiste dans laquelle Maastricht l’a enfoncé ?

 

Comment se faire jeter de Facebook ?

3 juillet 2017 : comme prévu, je me suis donc fait jeter de Facebook, refusant de jouer l’esclave docile. Comprenez que contrairement aux chèvres de service, mon profil, qui ne contenait ni amis, ni autre données à revendre, ne valait pas les 60$ minimum requis pour rester dans le troupeau.

Alors pour s’amuser un peu dans ce monde de brute, je vous laisse donc lire le mail de Facebook et ma réponse qui suit.

1 / Le mail de FB :

Bonjour,

Conformément à la Déclaration des droits et responsabilités de Facebook, les profils ne peuvent représenter que des personnes individuelles. L’utilisation d’un profil pour représenter une marque, une entreprise, un groupe ou une organisation est contraire à nos règlements. Les profils représentant des animaux, des idées ou d’autres objets sont également interdits.

Il semble que le nom que vous avez demandé pour votre profil est le nom d’une entreprise ou d’une organisation, ce qui n’est pas conforme à nos standards relatifs aux noms des profils. Veuillez vous reporter à l’article des pages d’aide ci-dessous pour en savoir plus sur les noms sur Facebook :

https://www.facebook.com/help/112146705538576/?ref=cr

Si vous souhaitez continuer à utiliser un profil personnel, nous vous invitons à remplacer le nom de votre compte actuel par celui sous lequel vous êtes connu(e) dans la vie de tous les jours. Nous vous demanderons également de confirmer votre nom en nous envoyant une photo ou une copie numérique du ou des documents de votre choix dans notre liste des pièces d’identité.

https://www.facebook.com/help/159096464162185/?ref=cr

Vous pouvez nous aider à confirmer votre identité de deux façons :

– Envoyez-nous une photo ou une copie numérique d’un document du groupe 1, comme un permis de conduire, un passeport ou une confirmation officielle de changement de nom.

ou

– Envoyez-nous deux documents différents du groupe 2, comme un justificatif d’abonnement à un magazine et une carte d’étudiant ou un relevé de compte et un courrier à votre nom.

Avant de photographier ou scanner tout document figurant dans notre liste des pièces d’identité, n’oubliez pas de masquer les informations personnelles dont nous n’avons pas besoin, comme votre adresse, votre numéro de permis de conduire ou votre numéro de sécurité sociale.

Une fois que vous aurez modifié votre nom et regagné l’accès à votre compte, vous pourrez également créer une Page pour représenter votre entreprise ou votre organisation. Lorsque vous créez une Page basée sur votre profil, vous ne perdez pas vos amis ni votre contenu. Pour en savoir plus sur la création d’une Page basée sur votre profil, consultez les pages d’aide :

https://www.facebook.com/help/175644189234902/?ref=C

Cordialement,

Berthe
Community Operations
Facebook

2 / Ma réponse :

Madame,

Comme il est plutôt incongru de demander à une personne anonyme qui elle est (ce qui ne vous aura sûrement pas échappé j’espère), vous pardonnerez mon manque évident d’enthousiasme à vous fournir le moindre document personnel en retour de votre email.

Je ne nie en rien votre droit légitime à fermer mon compte – faites ce que bon vous semble : il n’était là que pour répondre de temps à autres à d’autres militants UPR, et sa fermeture passera pour ce qu’elle est en réalité : une censure évidente de la libre parole et de la liberté de penser.

J’en veux pour preuve évidente votre appétit gargantuesque à collecter, classer et ficher les données personnelles d’autrui, comme ces braves fascistes qui obligeaient les juifs à porter des étoiles jaunes pour mieux les identifier et les envoyer se faire gazer par trains entiers, il y a encore moins d’un siècle de cela.

Difficile de dire si vous êtes le principal investigateur de la « douche froide », où juste un simple collabo parmi les autres GAFAM, mais comprenez que votre service de renseignement, puisqu’il faut bien appeler les choses par leur nom, est pour moi le plus abject outil numérique de surveillance généralisée jamais inventé.

Je note d’ailleurs sur ce point un paradoxe évident de l’histoire : « Hitler en a rêvé – un juif l’a créé ». Preuve supplémentaire que les voies de Dieu sont vraiment impénétrables. Du moins si on s’en tient à la version officielle, la réalité étant apparemment plus « complexe » et bien moins avouable.

Quoi qu’il en soit, après ces quelques mois de « test », j’ai beaucoup appris sur vos méthodes de harcèlement quotidien et de conditionnement des individus, et je vous en remercie vivement. Je comprends bien mieux désormais comment vous parvenez à droguer littéralement des gens qui communiquent pour se rassurer, ont peur du lendemain/de la vie/de la mort, et dont bon nombre souffrent d’un manque chronique d’amour et de stabilité dans leur vie quotidienne.

J’en conclue au final que non content d’être fondamentalement néfaste, tant en terme de libertés individuelles qu’en terme d’intelligence économique, votre outil participe à l’entretien de « la névrose de l’abandon », qui consiste à se laisser conduire à l’abattoir sans broncher, parce que la bande de milliardaires actuelle, comme toutes celles qui l’ont précédées, sait ce qui est bon pour nous.

A croire que l’histoire ne sert qu’à créer des dictateurs puis des révolutions.

Sur ces quelques pensées, je vous dit donc « adieu », le cœur léger !

Kissifrot le Hérisson

 

 

Les charognards de la République

11 juin 2017 : les résultats du 1er tour des législatives tombent, et autant le dire tel que, ils ne sont pas meilleurs que ceux de la présidentielle.

Mais est-ce vraiment étonnant ?

Depuis le premier tour, les portes des grands médias se sont refermées aussi vite qu’elles s’étaient entre-ouvertes, et ce malgré l’excellente campagne présidentielle de M. Asselineau, qui a prouvé, traités et conférences en ligne à l’appui, que l’Europe nous ruine et nous spolie chaque jour un peu plus de notre démocratie.

Or cette vérité dérange beaucoup de français, drogués à leurs médias manipulateurs depuis 25 ans, avec une doxa qui fait passer tout anti-européisme pour un discours raciste et/ou xénophobe. Pourtant, entre les promesses de Maastricht et l’europe que nous avons obtenu, personne ne pourra nier qu’on nous a vendu du rêve, le projet actuel consistant à imposer une europe fédérale à laquelle nous avons dit NON en 2005, en soumettant nos états nations au « grand fédérateur extérieur » tout puissant.

Ce dernier a depuis 2004 trouvé le truc parfait pour nous envahir en douce, avec les  smartphones et autres outils numériques, qui nous transforment chaque jour un peu plus en petit esclave docile, localisable à tout moment.

Désormais toute confidentialité et respect de la vie privée sont proscrits par ces fournisseurs US, lesquels refusent explicitement de fournir les clés de LEURS appareils, y compris au gouvernement de leur propre pays. Et je dis bien LEURS, car en fait, vous n’achetez plus un appareil : vous le louez au fournisseur qui garde la main dessus. Certains souligneront que c’était déjà le cas avec la génération précédente de téléphones, ce qui est exact, sauf que l’ancienne génération était limitée en fonctionnalités, et plutôt aux mains des opérateurs locaux de l’époque. Le seul fabricant européen ayant été logiquement torpillé par les USA entre temps, nous sommes officiellement tombés dans la dépendance absolue.

Comme toujours, le problème du changement chez l’être humain est d’abord lié au temps.

Analyser et accepter les arguments UPR nécessite souvent plusieurs mois, et surtout une volonté farouche de comprendre ce qui se passe, avec une curiosité intellectuelle que tout le monde n’a malheureusement pas.

Comme les dinosaures qui les ont précédé, beaucoup de nos concitoyens refusent en effet de voir la météorite européenne signer l’extinction de leur pays et de leurs libertés. Soit ils s’en foutent, mais seront les premiers à se plaindre du chômage de leurs enfants, qu’ils auront eux-mêmes créé par leur inaction et leur manque total de lucidité. Soit ils savent parfaitement ce qui se passe, mais ont décidé de trahir les idéaux républicains, en rejoignant la mafia dominante, renforçant ainsi la corruption latente de cette poignée de traîtres à la nation et de leurs donneurs d’ordre fortunés qui nous ont mené au désastre.

Nourris par les mensonges quotidiens des journalauds et journalopes complices du système, le français de la rue est tellement conditionné par la désinformation qu’il n’est bien souvent plus capable d’analyser et de critiquer la merde médiatique qu’on lui prémâche et qu’on lui rabâche « sauce Cohen ». Le but du système est simple : produire un citoyen ignorant, obéissant, et surtout fier d’être con.

Et cela commence dès la scolarité.

Pour mieux préparer le futur travailleur-esclave, on a ainsi supprimé l’histoire de France du programme pour la remplacer par la construction européenne et les conflits israelo/arabes.

Côté langue, la volonté de faire passer le français pour une future langue morte est tenace, et ce alors que la langue de Molière est non seulement largement répandue sur le globe, mais qu’elle continue de croître et de se développer !

Quant au conditionnement des « adulescents »au smartphone dès le plus jeune âge, force est de constater que c’est un autre cheval de Troie particulièrement efficace, menant fatalement à une baisse globale de l’attention, de la concentration, et finalement des facultés d’analyse des élèves, sans parler de l’impérialisme culturel US qui explose sur les écrans et dans le cerveau des jeunes souris de laboratoire.

L’interdiction de redoubler, parce que trop cher pour l’état, mène désormais l’Éducation Nationale à relever chaque année les notes du BAC pour parvenir à ses 80% de réussite. Tout est fait depuis des années pour cacher la baisse globale de niveau, avec des BAC+x qui ne maîtrisent même plus la grammaire de base et l’orthographe ! Je ne parle pas des « petites » fautes que tout le monde fait au quotidien, mais de ces élèves qui vous font 3 et 5 fautes par phrase, et dont on se doute que la vie professionnelle future sera fatalement plus « compliquée ».

Faudra t’il bientôt chanter l’hymne européen ou américain avant la classe pour être de bons petits européens ? Avec les futurs « gouverneurs », en lieu et place des présidents de région actuels, rien n’est exclu.

J’arrête là la démonstration : avec un mois à peine dans l’entre deux tours, il était illusoire de vouloir faire comprendre à des drogués de 25 ans qu’ils peuvent jeter les médias de propagande du CSA à la poubelle, et qu’il est temps pour eux de réapprendre à utiliser leurs neurones. Le paradoxe ici, c’est que jamais une époque n’aura eu autant de moyens de communication, et jamais une époque n’aura vu autant de benêts se pavoiser dans l’ignorance et le mensonge d’autrui !

Autre triste record de ces législatives : plus de 50% d’abstention – du jamais vu ! Plus de 50% de gens qui auraient pu -au bout de 25 ans- voter enfin « utile », et commencer la libération de leur pays du joug bruxellois, en soutenant simplement un des 574 candidats UPR. Mais non.

Maintenant si les français sont trop cons pour lire, une fois tous les 5 ans, les quelques professions de foi qu’ils reçoivent dans leur boîte aux lettres, il ne faut pas non plus qu’ils viennent ensuite se plaindre des connards qui les mènent droit à la tombe ! Entre le taux de chômage et la précarité qui augmentent, les soins de moins en moins remboursés,  un système de retraite qui se privatise, et j’en passe : les adultes actuels brillent aussi par leur manque total de curiosité et d’ouverture intellectuelle.

L’Europe est en train de mener nos enfants dans la pire dictature qui soit, avec l’aide d’outils informatiques non libres contribuant à la pleine et entière surveillance permanente des masses. Ajouter à cela un état d’urgence permanent, bientôt reconverti en norme de fait, et il ne manque plus que la répression sauvage de masse pour passer du totalitarisme actuel au fascisme pur et dur.

Mais revenons-en à nos élections législatives.

Le ministère de l’intérieur aura également tout fait pour cacher cette UPR que le français de la rue ne saurait voir, via une excommunication en terme d’étiquette, malgré la demande des instances du parti d’apparaître sous son nom propre. L’UPR a ainsi été regroupée dans les « divers », ce qui correspond certes à sa place d’origine en terme politique, n’étant ni de gauche, ni de centre, ni de droite, ni d’extrême. Cela étant, M. Asselineau est intervenu dans les grands média sous la dénomination UPR durant la présidentielle. Il aurait donc été tout à fait logique d’utiliser cette même dénomination pour les législatives, et non de noyer les candidats UPR dans la liste des « divers », avec un nombre de clowns encore jamais vu.

Reconnaissons à ces derniers d’avoir réussi leur mission d’un jour : noyer le poisson UPR dans une multitude de candidats fantoches, sans parti ni consistance réels.

Face aux régionaliste et autres autonomistes de service, soutenus par Bruxelles pour faire éclater l’état nation France plus rapidement, la palme de l’imbécillité notoire revient sans aucun doute au parti animaliste, qui, avec une simple photo de chat sur ses affiches, a réussi le tour de force d’obtenir plus de 1% dans 50 circonscriptions, et qui bénéficiera donc de l’argent de nos impôts pour les 5 ans à venir ! C’est à ce genre de détail qu’on se demande sérieusement s’il ne faudrait pas retirer le droit de votes aux séniles et gâteux de service, totalement déconnectés des réalités !

Car la plus mauvaise nouvelle de ces élections pour l’UPR, c’est que n’ayant obtenu plus de 1% que dans 39 circonscriptions sur 574 présentées, notre parti est privé, une nouvelle fois, de financement public pour 5 ans !

Et là, je ne peux m’empêcher un gros carton rouge aux votants UPR de la présidentielle qui sont restés chez eux pour les législatives ! On ne défend pas des idées en restant le cul sur sa chaise : parfois, il faut aussi savoir se forcer ! Mettre un bulletin UPR dans une urne n’était pas si compliqué que cela, et c’était aussi quelque part un geste de respect envers tous les militant(e)s qui ont passé des heures, et souvent des jours, sur le terrain, à tracter et coller sur leur temps libre, le tout bénévolement.

Face aux opportunistes incompétents du candidat de Rothschild, totalement inconnus hier encore, l’UPR méritait mieux que cela.

Certes, le mécanisme de parasitisme et de courtisanerie a toujours existé dans l’histoire du monde, mais il atteint désormais cher LREM des sommets qui font passer la République de Chine ou la Russie pour des modèles de démocratie ! Et tant pis pour ces français trop naïfs qui découvriront très prochainement le désastre des GOPÉ (Grande Orientations de Politique Économique de la C.E.), document maintes fois annoncé et dénoncé par M. Asselineau durant la campagne présidentielle, et largement repris dans la campagne législative par les candidats UPR.

A noter enfin, et c’est la cerise sur le gâteau, un dysfonctionnement majeur d’un prestataire de l’état, qui a tout bonnement réussi le tour de force « d’oublier » les tracts et bulletins UPR dans les enveloppes officielles ! Iriez-vous voter pour des « candidats fantômes » ? Bien sûr que non ! Honnêtement : qui est assez idiot pour croire ici à un -énième hasard, quand on sait à quel point les enfoirés de service ont usé de tous les stratagèmes et  coups bas pour empêcher M. Asselineau de s’exprimer, depuis la création de l’UPR il y a 10 ans ?

Maintenant tout n’est pas rose non plus côté parti. Autant l’équipe de campagne UPR a remarquablement bien préparé et réalisé la présidentielle, autant côté organisation des législatives, le matériel électoral (tracts et affiches) est parvenu trop tard aux militants. Nous avons raté le coche entre le second tour de la présidentielle et le premier tour des législatives, là où d’autres partis avaient bien mieux préparé leur coup, et ont commencé à déposer leurs tracts dans les boîtes aux lettres quelques 3 semaines en amont !

Ce point étant fait, ma conclusion finale est que les fossoyeurs de la République vont donc enfin pouvoir faire leur sale besogne de charognards, dictée par Bruxelles et Washington, via des ordonnances préparées pendant ce petit mois de trêve. La boucherie macron est ouverte, et elle sera particulièrement sanglante, à n’en pas douter !

Ainsi le coup d’état des traîtres à la nation est une réussite totale, qui va permettre d’assassiner l’état nation France, avec la disparation déjà bien entamée de 20000 communes, et des départements. Il suffira ainsi de verrouiller les 16000 communes restantes pour empêcher toute concurrence loyale en 2022 ! Pas la peine de partir en Corée du Nord : désormais, la France officiellement sous le joug d’une dictature.

Quant à ceux et celles qui viendront demain prétendre haut et fort dans leur entourage que personne ne les avait prévenu, je répondrai que le déni et la paresse intellectuelle sont des choix personnels.

Car pour la première fois, depuis 20 ans, nous avons eu un homme intègre, M. Asselineau, qui a vendu la mèche, et qui a expliqué pourquoi le système européen et monétaire (euro) en place ne fonctionnent pas et ne fonctionneront jamais. Il eut été préférable pour nos enfants et pour nous-mêmes que chaque électeur et électrice de France eut la décence, et la sagesse, de bien lire les tracts UPR, et d’aller regarder les conférences vidéos abordables et explicites de M. Asselineau sur youtube et dailymotion.

Ce n’est pas pour rien que français et allemands sont en train de mettre la pression sur les réseaux sociaux, lesquels ont permis l’émergence et le développement des partis anti-européistes comme l’UPR. Pour la dictature européiste, il faut désormais bâillonner ces voix critiques qui menacent l’impérialisme américain tout puissant. Un comble d’absurdité de plus, quand on sait à quel point les médias du système sont les premiers générateurs de rumeurs et de fausses informations (fake news). Mais chut : le « sans-dents » français ne doit surtout pas remettre en cause le discours officiel du grand « Ministère de la vérité ».

Quant à savoir ce que vous pouvez faire pour la suite, le mot d’ordre est simple : adhérer à l’UPR. Plus un parti est gros, plus il est devient impossible de l’ignorer médiatiquement, et la communication a toujours été le nerf de la guerre en politique, surtout face aux grands médias contrôlés par le CSA, dont le président est directement élu par le roitelet quinquennal.

Maintenant le véritable problème de fond de ces élections, c’est qu’elles sont tout bonnement illégitimes de fait.

Illégitimes d’abord parce que  la loi Urvoas a trahi le principe d’égalité des candidats propre à la Vème République, en transformant l’élection française en une élection américaine, ou deux partis font mine de s’opposer à la ville, en couchant ensemble à la campagne, et en monopolisant tous les médias à leur seul profit.

Illégitimes ensuite parce que cette élection nous a prouvé que tous les grands médias sont morts et enterrés, or il ne peut y avoir de démocratie sans contre-pouvoir médiatique. Pas la peine de revenir sur l’omerta subie par l’UPR en la matière, elle est la signature flagrante d’un totalitarisme assumé.

Ainsi qu’on l’admette ou non, M. Macron n’est pas un président légitimement élu, et cela aura tôt ou tard de graves conséquences.

Le coup d’état sans armes auquel nous venons d’assister signe aussi l’échec des urnes, sensées canaliser la corruption propre aux êtres humain. Et le Conseil Constitutionnel, en laissant passer la loi Urvoas en 2015, a été le premier rouage pourri qui  a engendré la corruption de toute la machine. Dans ce sens, M. Fabius porte une très lourde responsabilité sur ce qui vient de se passer.

Quant à ceux et celles qui croient encore au mirage d’une VIème République, construite par un lieutenant du système européen, parfait politicard charismatique sans fond, il serait temps qu’ils relisent la définition du mot « manipulation ». Il a certes manqué quelques gardes-fou à la Vème existante pour éviter l’entrée officielle en dictature que nous venons de subir. Mais de là à tuer la Vème pour une VIème beaucoup plus « hasardeuse », il y a encore de la marge – et beaucoup.

Quoi qu’il en soit, les français n’ont plus que deux voies possibles. Soit continuer vers cette société d’esclaves modernes sous le joug des USA, qui nous entraîne irrémédiablement vers des conflits mondiaux nucléaires avec la Russie et la Chine. Soit chasser la racaille de nos palais, comme l’ont fait nos ancêtres, et reprendre le plein et entier contrôle de notre pays et de notre destin commun.

L’attachement de certains à une construction européenne qui nous mène au néant, est d’autant plus stupide que la situation de la France avant Maastricht était bien meilleure que la situation actuelle. L’Europe n’a cessé de détruire nos emplois, nos services publics, notre système de santé et nos autres acquis sociaux, au nom d’une mondialisation burlesque, qui ne profite toujours qu’à une poignée de pourris : ceux là même qui nous ont vendu leur projet dantesque en 1992 ! Ce n’est pas pour rien que nos voisins hors europe se portent tous bien mieux que nous, et que nos voisins britanniques ont récemment décidé de quitter le navire !

Que des jeunes, n’ayant pas encore appris à désapprendre, se fassent avoir par les discours vides et stupides d’un fils de Rothschild, peut encore se comprendre, surtout avec la propagande européiste qu’on leur balance à tout va.

Mais que des vieux trahissent ouvertement et en masse leur propre pays, pour vendre la terre de leurs ancêtres, et leur propre sang, à une mafia de quelques milliardaires véreux, c’est ubuesque et dantesque à la fois.

Le bilan est pourtant simple : l’euro a affaiblit notre économie, la paix en Europe n’est due qu’aux 200 têtes nucléaires de nos sous-marins tactiques (et non à la construction européenne ou à notre appartenance à l’OTAN), l’échange universitaire a toujours existé depuis le moyen-âge, et les grands projets industriels, notamment aéronautiques et spatiaux, n’ont pas attendu Maastricht pour se créer !

Bilan réel et utilité de l’Europe ? Zéro pointé !

Idem côté financier : l’argent n’est toujours qu’une monnaie de singe qui s’apprécie ou se déprécie au fil du temps. Avoir peur de sortir de l’europe à cause de ses économies est parfaitement ridicule, et d’autant plus risible que l’euro s’est déjà dévalué de 30 à 40% en toute discrétion médiatique !

Quant aux trolls qui promettaient la fin du monde au Royaume Uni, en cas de Brexit, pas de chance pour eux : les bonnes nouvelles économiques continuent de s’accumuler outre-Manche. On nous aurait menti ?

Combien de temps encore faudra t’il aux français de la rue pour se rendre compte que l’Europe n’a jamais rien apporté, n’apportera jamais rien, et ne fait que prendre à la France ?

 

 

Un pays de cons

24 avril 2017 : les résultats du 1er tour viennent de tomber, et autant le dire tout de suite : je ne pensais pas que 23% de mes compatriotes étaient assez stupides pour aller soutenir le candidat des banques, fabriqué par Jacques Attali. J’ai beau chercher une explication logique, je n’arrive pas à comprendre comment des êtres humains, sensés utiliser leurs neurones, ont pu voter pour un jeune loup de Rothschild sans expérience, et lui donner l’accès au bouton nucléaire. Ce n’est même plus de l’inconscience ou de la protestation, mais de la folie pure !

M. Asselineau a eu bien raison de qualifier cette personne de « bébé » : elle ne lui arrive pas à la cheville, tant en terme d’expérience professionnelle et notamment diplomatique, qu’en terme de culture historique ou générale, comme la campagne présidentielle l’a largement prouvé. Qui plus est, contrairement à M. Asselineau qui a la stature, le courage, l’analyse et la droiture d’un véritable chef d’état, le VRP promu par le système a bâti toute sa carrière en vendant le bien d’autrui – on l’a vu avec le scandale Alsthom ou la vente de la gestion l’aéroport de Toulouse, où il s’est brillamment illustré par sa nullité et sa stupidité notoire.

Enfin il faut rappeler que plusieurs de ses meetings marketing ont été un désastre : les gens partaient avant même la fin, et certains de ses meetings ont même du être annulés, faute de participants !

Mais qui a donc voté un clochard pareil ?

Des vieux qui n’ont pas internet pour aller se renseigner correctement sur le site de l’UPR, et qui se sont fait lobotomiser par leur télévision ? Des jeunes séduits par les formules marketing creuses et sans lendemain, et qui viendront pleurer encore plus la dégradation de leur emploi ou de leurs prestations chômage dans les 5 ans à venir ?

Car c’est désormais une certitude : dès le mois de mai, les GOPÉ (Grandes Orientations de Politique Économique) 2017, dont M. Asselineau a été le seul à parler, consisteront :
– à augmenter la TVA,
– à baisser l’impôt sur les sociétés pour faire encore plus de cadeau fiscal aux actionnaires des grandes entreprises,
– à « uberiser » l’ensemble des professions réglementées,
– à continuer de démanteler le droit du travail, en imposant le « CDI jetable » à tout moment, en lieu et place des CDD et CDI classiques,
– à diminuer les retraites et les dépenses publics – donc les services publics associés, mais aussi à démolir les associations qui dépendent en tout ou partie des subventions publiques, et dont certaines ont déjà mis la clé sous le paillasson suite aux GOPÉ précédentes,
etc.

Rappelons que les GOPÉ, édictées par Bruxelles, valent pour feuille de route chez les gouvernements européens, lesquels se prennent de lourdes amendes s’ils tardent trop à transcrire les lois européennes dans leur droit national. Et vous l’aurez remarqué comme moi : très étrangement, les GOPÉ n’ont jamais été reprises par aucun journaliste durant toute la campagne, malgré l’insistance de M. Asselineau dans ses interviews – et ce alors qu’elles expliquent, à elles seules, le POURQUOI nos gouvernants n’ont plus aucun pouvoir !

Dans les 2 semaines de temps égalitaire qu’on lui a enfin accordé, après 10 ans de blacklistage en règle dans tous les grands médias francophones, M. Asselineau a également été le seul candidat à expliquer que l’euro est condamné, et va nous entraîner dans une merde noire quand il va se casser la figure, ce qui ne saurait plus tarder vu les 829 milliards rapatriés sur la Bundesbank, et la faillite en cours de l’Italie, de l’Espagne, du Portugal et de la Grèce…

Cette monnaie commune nous entraîne tout droit à la ruine, et comme M. Brousseau l’a très bien expliqué : ceux qui sortiront de l’euro en premier seront ceux qui s’en sortiront le mieux – les autres payeront la facture des pays devenus insolvables. Je vous renvoie aux conférences de M. Asselineau et de M. Brousseau pour ceux qui ont encore un cerveau non reptilien.

Enfin, M. Asselineau a également été le seul à dénoncé le regroupement forcé de nos communes de France, qui vont passer de 36000 à 20000, ce qui permettra aux pourris en place de verrouiller pleinement la prochaine élection présidentielle. Nous venons clairement de rater ce qui sera sûrement la dernière chance de sortir de l’UE par la grande porte.

Les frontistes qui, pour la 7ème fois (!), vont perdre l’élection dans 15 jours, n’ont toujours pas compris, au bout de 30 ans, que leur parti a été sponsorisé par Jacques Attali et François Mitterand dans les années 80 pour verrouiller le second tour.

Ce masochisme des frontistes est d’autant plus inexplicable que M. Asselineau a pourtant expliqué que depuis 1992, Bruxelles dicte sa politique migratoire à la France, laquelle s’exécute platement. Donc même si Mme Le Pen devait miraculeusement être élue la semaine des 4 jeudis, elle ne pourrait toujours qu’obéir à son mentor réel, en bonne députée européenne, qui touche ses 15000 € mensuels depuis plus de 10 ans… Montants juteux auxquels il faut rajouter la martingale de son pater, « salarié » de mère Europe depuis 30 ans, et la génération suivante qui est déjà sur les bancs pour continuer à renflouer la SARL Le Pen !

Bref, pour les frontistes qui liraient ces lignes et ont encore un minimum de cerveau, comprenez que sans sortie préalable de l’UE, le programme de Mme Le Pen est de toute façon mort-né. Et – ô surprise – la profession de foi de la candidate est très claire : Mme Le Pen veut une autre europe, mais ne veut pas sortir de l’UE… 

Alors soit vous ne savez pas lire la profession de foi de votre candidate, soit vous refusez de la comprendre… Dans les deux cas, voter M. Asselineau  était pour vous le seul moyen de sortir réellement et directement de l’UE, pour ensuite avoir un vrai référendum sur l’immigration, lequel était déjà prévu côté UPR. Comprenez bien que quelle que soit l’issue du scrutin dans 15 jours, vous, les adhérents FN, vous avez déjà perdu !

Pour la suite, les candidats malheureux de l’oligarchie ont déjà tous appelé à faire front commun contre la « bête immonde » en moins de 24h chrono ! Ridicule ! cela fait maintenant 30 ans que M. Attali et ses sbires nous spolient notre démocratie, et j’en ai plus que marre de cette mafia de l’ombre qui devrait avoir disparu 6 pieds sous terre depuis longtemps !

Au bout du compte, quel que soit le gagnant dans 15 jours, ça ne changera plus rien pour nous : on va « manger » les GOPÉ 5 ans de plus, avec la destruction de tous nos acquis sociaux, sans compter la disparition pure et simple de l’état nation France qui est déjà bien entamée avec les grandes régions.

Et pas la peine d’espérer un mieux dans 5 ans : comme la Loi Urvoas de 2015 l’a démontré, ces enfoirés – non content de menacer les maires qui parrainent les autres candidats, et de réduire le nombre de communes à contrôler au nombre de 20000 – s’amusent désormais à changer les règles de l’élection 1 an avant la date officielle ! La France est désormais officiellement sous le joug d’une dictature : non seulement la démocratie française est en état de mort clinique, mais le 4ème pouvoir est définitivement enterré !

La seule bonne nouvelle dans cette élection, c’est qu’il y a en France 0,92% de gens qui ont appris et compris comment fonctionne la machine  européenne, et comment ce système détruit notre démocratie, via la tactique du salami, tranche par tranche, comme l’a très bien expliqué M. Asselineau !

A noter également que les médias aux ordres de l’oligarchie auront également ici joué leur plein et entier rôle de collabos du système, en empêchant le débat démocratique, et en le réduisant au final à 15mn par candidat individuel sur France 2, dans un second pseudo-débat de pacotille, sans aucune possibilité de confrontation directe !

Les attaques diverses des journalauds et journalopes du système, qui se sont pleinement employés pendant 2 bonnes semaines à faire passer M. Asselineau pour un complotiste anti-américain, forçant le candidat à utiliser son temps de parole pour se défendre, auront également démontré l’absence criante de « chiens de garde » indépendants dans cette élection. Mieux encore : on aura découvert que bon nombre des pigistes fascistes qui se prennent pour des stars du PAF ou de la radio ne connaissent même pas la Charte de Munich ! Mais il est vrai qu’on ne fait pas passer d’examen cliniques et cognitifs à ces « petits » inquisiteurs en herbe, dont on se demande sérieusement s’ils ont été recrutés dans un zoo ou une décharge publique, tant certaines interviews ont dépassé la limite du supportable.

Enfin, non content de nous mentir à répétition, on retiendra de cette misérable campagne que les candidats du système n’ont même pas eu le courage de se confronter directement à M. Asselineau dans une seule entrevue en tête-à-tête ! On imagine déjà à quel point Donald et Vladimir vont pouffer de rire et ridiculiser le futur flamby français qui leur arrive !

Et le pire, c’est que lors du premier et seul débat à 11 de la campagne, tout le monde a pu remarqué que pas un seul des 10 candidats n’a remis en cause les arguments du président de l’UPR – ce qui démontre une fois encore leur justesse et leur véracité.

Sinon je remets officiellement et virtuellement la palme de l’hypocrisie à M. Mélenchon, pour avoir tout de même réussi l’exploit de tromper 19% de crédules, avec ses plans bidons et sa VIème totalement burlesque.

Là encore, je trouve particulièrement lamentable de la part des mélenchonistes d’avoir été incapables de confronter leurs arguments à ceux de l’UPR pendant toute la campagne. Ces gens qui traitent ouvertement l’UPR de secte feraient ainsi bien de balayer d’urgence devant leur porte, car autant les UPRistes sont des gens qui critiquent tout, et vont vérifier les arguments de M. Asselineau sur internet, pour en conclure qu’ils sont recevables et exacts, autant les mélenchonistes auront particulièrement brillé par leur manque total d’esprit critique et de remise en cause, notamment face à des arguments mathématiquement imparables, largement relayés côté UPR dans les forums du web !

Entre le culte du chef et l’hypnose aveugle, il faut espérer que les mélenchonistes comprendront un jour qu’on ne règle pas les problèmes de son pays en jouant les moutons, surtout quand le berger a des actions dans l’abattoir européen ! M. Mélenchon aura ainsi assuré pleinement son rôle de collabo, en « neutralisant » environ 20% de gauchistes qui risquaient de rejoindre les analyses et les solutions de l’UPR. Quand à ceux et celles qui ont cédé au « vote INutile » pour se retrouver « plan T », ils n’ont que leurs yeux pour pleurer. Espérons que ceux là auront au moins appris qu’il faut toujours voter pour ses vraies convictions, et non parce que quelques connards aux ordres de l’oligarchie vous rabâchent, dans leurs torchons respectifs qui leur servent de médias, que tel ou tel candidat n’a aucune chance.

Au final, cette campagne présidentielle n’aura même pas eu droit à des débats d’idées : juste des formules marketing criées par un crétin tenu en laisse par les banques, et dont la campagne a « juste » coûté 18 millions d’euros au contribuable – car faut-il le rappeler, les partis ayant plus de 5% sont remboursés de leurs frais de campagne, ce qui revient donc à favoriser ouvertement la reproduction des gros phoques, au détriment des nouvelles idées et analyses

Elle est pas belle, la démocratie des riches ?

Pas de chance : c’est vous qui l’avez créé ! (si vous n’avez pas voté UPR, bien entendu !)

 

 

L’escroquerie Mélenchon

18 mars 2017 : le Conseil Constitutionnel vient de valider les derniers parrainages. Bravo encore aux démarcheurs UPR et aux 587 maires qui ont parrainé M. Asselineau, et vont donc permettre à l’UPR de se présenter à ces élections !

La leçon à en tirer, c’est que malgré l’omerta médiatique totalitaire sur l’UPR, non seulement les français(-es) n’en peuvent plus des partis traditionnels, mais même les maires en ont ras-le-bol, et veulent un débat démocratique sur la question de l’Europe, ce qui témoigne d’une prise de conscience collective de très bon augure pour la suite !

Mon pronostic est simple : je pense que M. Asselineau passera le premier tour, et se retrouvera face à M. Mélenchon.

Pourquoi une telle logique ?

D’abord parce que la gauche est aux abois. La droite patauge dans les affaires de fric. Le FN n’arrivera jamais à convaincre plus de 20% des électeurs. Quant au candidat des banques, il va se prendre une veste magistrale et mémorable dont je pouffe d’avance !

L’oligarchie a déjà prévu un prochain débat TV, en invitant uniquement les traîtres/candidats à sa solde ! Magnifique exemple de totalitarisme afin d’exclure tous les candidats sérieux qui risqueraient d’élever le débat démocratique, et de parler des vrais sujets et des vraies attentes des français !

En outre, ce nouveau déni de démocratie, est totalement illégal au regard de notre Constitution, laquelle ne fait aucune différence entre les candidats, quels qu’ils soient.

Bref, cette initiative débile va encore plus liguer les français contre le système – et affaiblir tous ces petits enfoirés et leurs médias respectifs qui s’imaginent pouvoir continuer à manipuler les français ! On ne pourra que s’en réjouir !

Ce point étant fait, il est évident que Mme Arthaud, M. Poutou, M. Lassalle, M. Cheminade, n’ont aucune chance de passer le premier tour : il n’ont pas assez d’adhérents, et aucune présence, ni dans la rue, ni sur le web…

Et comme M. Dupont-Aignan, que l’on saluera tout de même pour avoir quitté le plateau de TF1 ce samedi 18 mars 20h, en guise de protestations contre le débat organisé pour les 5 fascistes de l’oligarchie, ces gens ont beau dénoncé l’Europe, le fait est qu’ils ne veulent pas en sortir ! De ce simple fait, leur discours est caduque, puisqu’ils seront dès lors obligés d’obéir aux GOPÉ de Bruxelles, qui tuent notre démocratie et nous ruinent, chaque jour un peu plus.

Finalement, le seul danger réel pour l’UPR, c’est M. Mélenchon, qui n’hésite pas à reprendre des thématiques anti-européennes de M. Asselineau, mais qui se garde bien de vouloir sortir de l’Europe…

Il faut dire que le salaire mensuel d’un député européen est plutôt confortable, et qu’il serait dommage de se mettre les copains parlementaires à dos !

Au delà de l’intérêt financier évident du personnage à lécher les bottes de l’UE,  il est devenu évident pour ma part que M. Mélenchon prend ouvertement ses supporters pour des cons !

Pourquoi en effet propose t’il un plan A qu’il sait inapplicable ?

M. Asselineau ne cesse de répéter à qui veut l’entendre que l’on ne peut pas renégocier les traités, parce qu’il faut l’unanimité des 27 états membres, et que chaque pays a le droit de veto.

C’est comme dans un immeuble de 27 lots : il faudrait que chaque propriétaire/locataire ait les mêmes opinions politiques, les mêmes intérêts, et la même politique au même moment. Mathématiquement, ça ne tient pas la route !

Passons au plan B de son programme. Comme il ne pourra de toute façon rien obtenir par la négociation pacifique, M. Mélenchon veut ensuite imposer aux autres ses règles, comme si Mme Merkel allait gentiment dire « oui maître » et se prosterner devant le président français !

Il est évident que les autres pays enverront un bras d’honneur au dictateur français, et attaqueront juridiquement la France devant la CJUE, qui nous collera des milliards d’amende ! Je ne parle même des dégâts en terme d’image de la France sur la planète – c’est du délire !

Et cela révèle une autre facette du personnage : ce type est fou !

Le seul fait de faire fi du droit international, et de jouer les dictateurs en règle, témoigne clairement de séquelles psychiatriques déjà avancées. Et j’en veux pour preuve que le personnage se fait très facilement déstabiliser, et dès que cela lui arrive, sa réaction parle d’elle-même : il pousse sa gueulante, pour mieux fuir en courant !

Comme un gamin, pris la main dans le sac dans ses mensonges, les « mélenchonades » sont le signe de quelqu’un de fondamentalement immature, et je n’ai aucun doute que cette façon de se dérober aux problèmes fera que le terme « mélenchonade » passera la campagne présidentielle, et restera dans le langage populaire pour signifier quelqu’un de fondamentalement bancal et incohérent.

Ce comportement n’est pas celui d’un chef d’état, et plus globalement d’un responsable sérieux…

Sinon le personnage est un excellent orateur, certes. Il sait « enfumer » ses auditeurs comme personne, aussi longtemps qu’il n’a pas d’opposants sérieux en face, qui le mette face à ses propres contradictions.

Et ce n’est pas pour rien que M. Mélenchon s’est bien gardé de tout débat avec le président de l’UPR. Il suffirait en effet de quelques minutes à M. M. Asselineau pour démonter les mensonges du leader de France Insoumise devant les français.

De ce fait, le prochain débat TV est tout bénéfice pour M. Mélenchon, puisqu’il n’aura en face de lui que les 4 autres sélectionnés du système, tous copains comme cochon de longue date !

Gageons que M. Mélenchon nous fera le coup de la larme à l’œil en dénonçant l’absence des autres candidats, mais ira quand même participer le sourire aux oreilles, car l’hypocrisie du personnage est sans limite, et sa déontologie politique est nulle.

Je pense sincèrement que les maires qui ont parrainé M. Mélenchon n’ont pas fait leur boulot, car le but des parrainages est de filtrer les clowns de service, dont le programme et le discours ne tiennent pas la route. Et tel est le cas de M. Mélenchon, pour toutes les raisons déjà citées, et bien d’autres encore que je garde en réserve.

A l’inverse, alors que la reine d’Angleterre vient juste d’officialiser le Brexit, et que plus personne de sérieux ne peut ignorer les 18750 adhérents UPR et le Frexit qui s’annonce, M. Asselineau apparaît comme un précurseur qui avait 10 ans d’avance sur son temps, puisqu’il a créé son parti en 2007, envers et contre tous.

Par son courage, sa détermination, ses analyses justes, sa droiture sans égale dans le paysage politique français actuel, son respect du droit international, et son amour des peuples et de la culture au sens large, M. Asselineau mérite plus que largement le siège de président de la République, et cela nous changera enfin des minables sans expérience, parachutés par leurs partis respectifs, que nous subissons depuis 20 ans !

Quand à M. Mélenchon, quel que soit son futur, il apparaîtra tôt ou tard comme ce qu’il est réellement : un escroc de la pire espèce, un politicard opportuniste comme beaucoup d’autres, nourrit par nos impôts depuis toujours, sans fondement stable, ni même convictions, et qui n’a finalement qu’un seul et unique patron : lui-même.

De l’art de la dictature

MAJ 3 mars 2017 : le Conseil Constitutionnel, présidé par un certain Laurent Fabius, a décidé de participer pleinement à la censure médiatique de l’UPR ce week-end, en « oubliant » de comptabiliser les parrainages officiels de M. Asselineau ce vendredi, lequel avait déjà reçu le soutien de 60 maires mardi 1er mars…

Quand on sait que dans son programme, M. Asselineau a annoncé la réforme du CC en profondeur, on comprend que les huiles de service ne soient pas très enclins à jouer ce qui est pourtant leur rôle démocratique, donnant encore plus raison au président de l’UPR !

La méthode totalitaire qui consiste ici à favoriser ou dénigrer un candidat est tellement évidente qu’elle a donné lieu à un communiqué officiel de l’Association des Maires Ruraux de France dénonçant publiquement la manœuvre infâme. On peut légitimement penser qu’outre la colère légitime des 16250 adhérents UPR ce vendredi, les maires qui ont parrainé M. Asselineau n’apprécient pas que Paris fasse la pluie et le beau temps sur la campagne en cours.

Rappelons enfin que le parrainage sert à filtrer les candidats sérieux, et ne force pas le maire à partager les idées du candidat. C’est un acte purement démocratique de la part du maire, qui prouve ainsi son attachement à une vie politique « normale » et au débat démocratique des idées.

Refuser de parrainer est ainsi un acte anti-démocratique, et quand on sait que plus de la moitié des maires de France refusent de parrainer qui que ce soit par simple peur des représailles des grands partis, on en déduit que ce système est vraiment à bout de souffle, ce qui ni une raison ni une excuse pour absoudre ici M. Fabius de trahir une nouvelle fois le peuple de France.

MAJ 24 février 2017 : Voilà qu’on parle désormais d’un débat TV en cours de préparation entre 5 candidats de l’oligarchie, et ce comme par hasard juste avant que le temps de parole ne devienne égalitaire…

20 février 2017 : jusqu’où iront-ils ?

C’est la question qui m’est venu ce matin à l’esprit en lisant un article de maire-info dans lequel on apprend que les formulaires de parrainages seront envoyés en retard de quelques jours aux élus, avec des conséquences « mécaniques » en terme d’agenda pour l’élection proche…

Quand on sait que les fascistes au pouvoir ont fait discrètement passer leur loi Urvoas fin 2015 pour se mettre encore plus de temps de parole dans la poche, parce que leurs primaires débiles et lamentables ne leurs suffisaient pas, et qu’il faut à tout prix occuper le terrain pour empêcher M. Asselineau de s’adresser au peuple français.

Quand on sait que le CSA et son président M. Schrameck se sont mis hors la loi, en refusant à l’UPR les 0,8% de temps de parole qu’elle était légitimement en droit d’obtenir.

Quand on sait enfin les manipulations infâmes de certains journalistes complices à l’antenne, preuves vidéos accablantes à l’appui, qui continuent de manipuler leurs spectateurs ou auditeurs chaque jour via une méthode Coué/Cohen absolument écœurante.

On se dit sérieusement que cette élection est la dernière où nous pouvons encore sauver notre pays, avec M. Asselineau et ses 16000 adhérents UPR.

Soit nous parvenons à chasser ces traîtres qui nous ont traîné dans la boue pendant 25 ans. Soit ces mêmes traîtres finiront par nous imposer leur europe fédérale, et la France sera rayée de la carte, et ne sera plus qu’une province de l’europe de Bruxelles aux ordres de Washington.

Seul un Frexit pur et dur nous permettra, comme les anglais, d’arrêter de nourrir cette mafia politico-médiatique qui n’a que trop profité de nos impôts, et qu’on espère sérieusement pouvoir traîner devant les tribunaux après le rétablissement du crime de Haute Trahison, retiré de notre constitution en 2007, et celui de complot contre la sûreté de l’état, retiré en 1993.

Là encore, on constatera que M. Asselineau est le seul à parler du retrait de ces crimes de notre constitution, là où tous les autres candidats, y compris les « grandes gueules », se gardent bien d’avouer leurs forfaits ! HONTE À EUX !

Vive le «Frexit», et vive la France libre !

Lettre ouverte à M. Bevort

Bonjour M. Bevort,

Je me permets de réagir à votre article mensonger et manipulateur : « Les sites politiques français les plus fréquentés : classement et nombre de visites« .

D’abord, comme vous le voyez, il ne sert à rien de forcer les gens à se déclarer. J’ai choisi l’anonymat pour protéger mes proches, et non par lâcheté ou refus du débat…

Ma réaction concerne évidemment l’UPR. Ce parti a été classé « divers » par le ministère de l’intérieur pour votre gouverne, et non extrémiste comme vous l’indiquez fièrement dans vos commentaires. En outre, l’UPR n’est ni raciste, ni xénophobe, ni antisémite, et veut effectivement rassembler au dessus d’un clivage gauche-droite de pacotille, auquel vous êtes sûrement le dernier à croire encore.

Ensuite si M. Asselineau donne effectivement des interviews sur Russia Today, il en donne aussi sur tout média francophone qui lui ouvre ses portes. Ne pas reconnaître l’omerta médiatique totalitaire subie actuellement par l’UPR et ses 15500 adhérents est au mieux de la mauvaise foi évidente, au pire de la désinformation assumée.

Prendre ensuite appui sur les dernières élections est là encore un signe évident de duperie : regardez l’évolution de la taille du parti entre 2012 et 2017 ! Il y a 10 ans, M. Asselineau créait son mouvement. Il y a 5 ans, il a fait une première tentative qui a certes échoué, avec une couverture médiatique nulle. Aujourd’hui, le cadre politique est complètement différent, et ceux qui n’ont pas vu venir le Brexit ou Trump feraient bien de quitter leur sofitel et de surveiller leurs arrières…

Enfin prendre Wikipedia pour exemple est une plaisanterie : cette encyclopédie refuse obstinément à l’UPR une page dédiée, et a bloqué toute modification sur la page de M. Asselineau jusqu’à l’élection. Cette manipulation démontre ainsi que WP est désormais une encyclopédie aux mains de modérateurs fascistes, comme tous les grands média français. Et les dernières levées de fond américaines de montrer à qui appartient réellement WP !

Ces mises au point étant faites, j’attends évidemment vos arguments !

Très cordialement

La censure UPR de Facebook – inédit !

10 janvier 2017 : on connaissait déjà la censure infâme de Wikipedia, qui refuse de créer une page dédiée UPR, et bloque actuellement toute modification sur la page de M. Asselineau, tout en continuant de relayer des sondages bidons où l’UPR est ouvertement « snobée »…

Mais en ce 10 janvier 2017, là, c’est la cerise sur la gâteau :

Voilà ce matin, ce qu’aperçoivent les internautes qui ne sont pas inscrits sur Facebook quand ils viennent consulter la page officelle de l’UPR :

URL : https://fr-fr.facebook.com/upr.francoisasselineau

 

Et voilà également ce qu’ils aperçoivent quand ils veulent consulter la page de M. Asselineau :

URL : https://www.facebook.com/asselineau

 

Ceux qui pensaient la chose impossible vont donc devoir se réveiller : nous assistons, pour la première fois au monde, à une censure politique de Facebook, qui empêche les internautes hors réseau de venir consulter librement les pages publiques de l’UPR et de M. Asselineau !

C’est tout simplement du jamais vu !

Et bien évidemment, les pages FB de nos concurrents sont quant-à-elles accessibles normalement – sans obligation de connexion, avec toujours l’encart habituel à la con pour inviter les « infidèles du facebookisme » à rejoindre le plus rapidement possible la secte toute puissante !

Voilà donc encore un outil américain, qui se présentait comme le chantre de la démocratie, et qui devient l’outil même du totalitarisme qu’il était censé combattre !

Personnellement, j’y vois surtout une preuve supplémentaire que l’UPR dérange énormément les intérêts de Washington… On ne pourra que s’en féliciter !

J’ignore enfin si ce blocage va perdurer ou pas, mais quand bien même l’accès normal reviendrait, cet épisode aura eu le mérite de lever le tabou.

Car même si l’UPR s’est développée via FB, face à l’omerta entretenue des grands média francophones, il n’en reste pas moins que fondamentalement, comme tout autre outil de communication, les réseaux sociaux ne sont pas « neutres », et ne peuvent pas le devenir, qu’ils soient tenus par des intérêts publics ou privés !

Ceux qui les ont créé et les possèdent gagnent beaucoup d’argent en recoupant et en commercialisant les profils des usagers. Quant à utiliser les pages populaires de l’UPR et de M. Asselineau pour « rabattre » le gibier réfractaire, en empêchant l’accès libre aux informations publiques stockées, cela souligne, une fois encore, le manque total d’éthique des esclavagistes concernés !

On verra bien comment va évoluer la situation, mais il est clair que la forfaiture étant désormais connue, elle sera d’autant plus surveillée attentivement et dénoncée comme telle.

Vive le Frexit, et vive la France libre !