Les trois singes syriens

MAJ 20 avril 2018 : Assad vient de rendre sa légion d’honneur, donnée en 2001 par Jacques Chirac, en précisant, je cite – « Il n’est point d’honneur pour le président Assad de porter une décoration attribuée par un régime esclave (…) des Etats-Unis qui soutient les terroristes« . Bref, encore un superbe camouflet international de plus pour notre brave locataire de l’Élysée, qui s’employait désespérément, hier encore, à faire croire qu’il était à l’origine de la manœuvre. Bizarrement, et contrairement à leurs (sales) habitudes, même les journaux européistes usuels ont repris l’information, ce qui est vraiment rarissime, compte tenu du niveau de désinformation et de manipulation qui règne en terre de France. Assiste t’on à une révolte silencieuse des plumes ? Seul l’avenir nous le dira…

le prochain candidat officiel LREM ? (*)

18 avril 2018 : Loin de toute sagesse philosophique, nos primates français, anglais et américain ont donc frappé l’état syrien, sans aucune preuve tangible d’une attaque chimique réelle sur la population civile de ce pays, et dans le mépris le plus total du droit international, au risque de provoquer l’étincelle d’une IIIè guerre mondiale, dont on peut logiquement penser qu’elle aboutirait à la quasi-extinction de l’espèce humaine, emportant au passage une bonne partie des autres espèces animales et végétales terrestres.

En toute logique, ces gens devraient d’urgence être internés dans un asile, sous camisole chimique de force pour le restant de leurs jours, car jamais, de mémoire d’homme, on n’a vu de tels débiles mentaux jouer avec la vie de milliards d’individus, et ce juste pour du fric et de l’orgueil personnel – parce qu’il faut quand même arrêter la fable humanitaire : tout le monde sait parfaitement à quel jeu jouent les américains en Syrie, comme partout ailleurs sur la planète !

Et côté fake news, nos amis anglo-saxons en tiennent une sacrée couche, depuis les 1,2 millions de morts civils de la « busherie irakienne » (estimation fin 2013), victimes innocentes d’une fiole bidon, agitée sous les yeux de la planète par des bonimenteurs professionnels.

Idem côté affaire Skripal à Londres. Pourquoi Poutine aurait-il, sur un coup de tête, envoyé soudainement sa milice pour aller assassiner un espion qu’il a lui même libéré 8 ans plus tôt (donc qui ne représente plus aucun danger), et ce à quelques jours d’un simulacre d’élection présidentielle qu’il était certain de gagner ? Il n’avait pas besoin d’un coup d’éclat militaire pour infléchir des intentions de vote : une grosse majorité de russes le soutiennent massivement, et on les comprend quand on a vu le président russe précédent, qui confondait eau de source et vodka !

Attention quand même à nuancer ces propres : Poutine a aussi ses défauts, et je ne prendrai pas la Russie pour une démocratie qu’elle n’est pas, mais qu’on l’aime ou qu’on le déteste, il faut reconnaître au président russe une constance certaine dans la défense des intérêts de son pays (certains diront aussi de ses copains, ce qui n’est pas faux non plus), très loin de la traîtrise flagrante et particulièrement minable qui règne en France depuis 11 ans.

Et puis franchement : connaissant les méthodes soviétiques : si vraiment la Russie avait voulu faire la peau de cet ex-espion, lui et sa fille seraient aujourd’hui 6 pieds sous terre ! On se souvient de l’assassinat d’Alexandre Litvinenko au Polonium, substance radioactive que seul un état atomique peut produire. Quand le FSB décidé d’éliminer physiquement une personne, il ne rate pas son coup !

Comble de malchance pour Mme May : on sait désormais que la substance innervante de l’affaire Skripal n’était pas du Novichok, mais bien du BZ – une substance produite par… l’OTAN !

Vu la réputation du laboratoire suisse, mandaté officiellement pour ces analyses par l’OIAC, il est donc désormais établi, aux yeux du monde entier, que Mme May est bien la digne successeur de M. Blair. Mêmes preuves fabriquées. Même propension à prendre les citoyens britanniques, et le reste du monde, pour des imbéciles !

Mais pour en revenir à la Syrie, d’autres analystes pensent qu’on a assisté à un baroud d’honneur des USA, qui ont compris que la fête était finie. Les russes, qui se sont implantés en Syrie à la demande du président syrien, sont là pour longtemps. La CIA a définitivement échoué dans sa tentative de déstabilisation, en se mettant, une fois encore, la Turquie sur le dos (ça devient une habitude à force). (MAJ 22 avril : Ankara vient d’annoncer qu’elle rapatriait ses réserves d’or des USA – on se demande bien pourquoi).

Plus proche de chez nous, on peut gager que le Royaume Uni, en allant ainsi chercher des poux à l’ours russe, finira tôt ou tard par payer ses forfaitures planétaires, l’histoire démontrant que Moscou n’est pas du genre à pardonner et oublier. Idem côté français.

Et alors que M. Asselineau, actuellement en Polynésie pour soutenir un candidat de l’UPR, a demandé par vidéo à nos parlementaires d’initier la procédure de destitution du locataire de l’élysée, par l’article 68 de notre Constitution, au regard du fait que ce type a ouvertement, et consciemment, « pissé » sur la charte de l’ONU et sur le droit international, sans lesquels le monde n’est plus qu’une jungle sans foi ni loi, quelle a été la réaction des députés ? Zéro ! Nada ! (MAJ 22 avril : et ce alors que les plus hauts juristes allemands viennent officiellement de dénoncer l’illégalité de l’attaque).

Aucun des godillots n’a osé initier la moindre sanction envers le locataire de l’élysée, ce qui en dit long sur la mafia parlementaire et son cynisme absolu ! Même s’il est clair qu’une procédure de destitution avait peu de chance d’aboutir, le fait est que TOUS les députés français ont ici ouvertement trahi le sens même du mot démocratie.

Nous en arrivons à un point de forfaiture où l’on commence sérieusement à se demander s’il ne faudra pas un coup d’état de l’armée française pour reprendre en main ce pays, tombé dans les mains de banquiers véreux et de traîtres.

En tout cas, l’absence criante de M. Asselineau dans tous les médias mainstream est équivoque : nous ne sommes plus dans une démocratie, mais bien dans un état totalitaire, où le toutou parachuté par les européistes ne cesse de fricoter et de remuer la queue devant les USA et les anglais.

On a même vu dernièrement un « selfi » du gus, qui n’est pas sans rappeler curieusement la photo de cet article, avec le prince héritier d’Arabie Saoudite Mohammed Ben Salmane, dans le plus pur style « soirée étudiante », la main du Prince reposée sur l’épaule du président français, histoire de bien fixer le dominant et le dominé.

Alors je ne sais pas si les 13% de français ayant voté LREM se rendent bien compte de leur responsabilité évidente dans les désastres de leur protégé, mais il serait vraiment temps qu’ils comprennent que l’argent ne fait pas tout, et qu’en politique, quand le mouchoir a servi, on finit toujours par le jeter.

Beaucoup de français ne se poseront pas la question, le moment venu, de savoir si ces gens étaient simplement inconscients, ou complices assumés. Donc si j’avais un bon conseil à leur donner, c’est de foutre le camp de LREM tant qu’il en est encore temps !

Jamais on a vu un moule à gaufre se prendre autant de casseroles en seulement 1 an, en jouant d’une part avec la vindicte populaire qui finira tôt ou tard par exploser, et d’autre part à la roulette contre des russes très bien armés et entraînés. On n’ose même pas imaginer ce qui va se passer dans les 4 ans à venir.

 

(*) :  crédit Par Self-portrait by the depicted Macaca nigra female.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.