Un pays de cons

24 avril 2017 : les résultats du 1er tour viennent de tomber, et autant le dire tout de suite : je ne pensais pas que 23% de mes compatriotes étaient assez stupides pour aller soutenir le candidat des banques, fabriqué par Jacques Attali. J’ai beau chercher une explication logique, je n’arrive pas à comprendre comment des êtres humains, sensés utiliser leurs neurones, ont pu voter pour un jeune loup de Rothschild sans expérience, et lui donner l’accès au bouton nucléaire. Ce n’est même plus de l’inconscience ou de la protestation, mais de la folie pure !

M. Asselineau a eu bien raison de qualifier cette personne de « bébé » : elle ne lui arrive pas à la cheville, tant en terme d’expérience professionnelle et notamment diplomatique, qu’en terme de culture historique ou générale, comme la campagne présidentielle l’a largement prouvé. Qui plus est, contrairement à M. Asselineau qui a la stature, le courage, l’analyse et la droiture d’un véritable chef d’état, le VRP promu par le système a bâti toute sa carrière en vendant le bien d’autrui – on l’a vu avec le scandale Alsthom ou la vente de la gestion l’aéroport de Toulouse, où il s’est brillamment illustré par sa nullité et sa stupidité notoire.

Enfin il faut rappeler que plusieurs de ses meetings marketing ont été un désastre : les gens partaient avant même la fin, et certains de ses meetings ont même du être annulés, faute de participants !

Mais qui a donc voté un clochard pareil ?

Des vieux qui n’ont pas internet pour aller se renseigner correctement sur le site de l’UPR, et qui se sont fait lobotomiser par leur télévision ? Des jeunes séduits par les formules marketing creuses et sans lendemain, et qui viendront pleurer encore plus la dégradation de leur emploi ou de leurs prestations chômage dans les 5 ans à venir ?

Car c’est désormais une certitude : dès le mois de mai, les GOPÉ (Grandes Orientations de Politique Économique) 2017, dont M. Asselineau a été le seul à parler, consisteront :
– à augmenter la TVA,
– à baisser l’impôt sur les sociétés pour faire encore plus de cadeau fiscal aux actionnaires des grandes entreprises,
– à « uberiser » l’ensemble des professions réglementées,
– à continuer de démanteler le droit du travail, en imposant le « CDI jetable » à tout moment, en lieu et place des CDD et CDI classiques,
– à diminuer les retraites et les dépenses publics – donc les services publics associés, mais aussi à démolir les associations qui dépendent en tout ou partie des subventions publiques, et dont certaines ont déjà mis la clé sous le paillasson suite aux GOPÉ précédentes,
etc.

Rappelons que les GOPÉ, édictées par Bruxelles, valent pour feuille de route chez les gouvernements européens, lesquels se prennent de lourdes amendes s’ils tardent trop à transcrire les lois européennes dans leur droit national. Et vous l’aurez remarqué comme moi : très étrangement, les GOPÉ n’ont jamais été reprises par aucun journaliste durant toute la campagne, malgré l’insistance de M. Asselineau dans ses interviews – et ce alors qu’elles expliquent, à elles seules, le POURQUOI nos gouvernants n’ont plus aucun pouvoir !

Dans les 2 semaines de temps égalitaire qu’on lui a enfin accordé, après 10 ans de blacklistage en règle dans tous les grands médias francophones, M. Asselineau a également été le seul candidat à expliquer que l’euro est condamné, et va nous entraîner dans une merde noire quand il va se casser la figure, ce qui ne saurait plus tarder vu les 829 milliards rapatriés sur la Bundesbank, et la faillite en cours de l’Italie, de l’Espagne, du Portugal et de la Grèce…

Cette monnaie commune nous entraîne tout droit à la ruine, et comme M. Brousseau l’a très bien expliqué : ceux qui sortiront de l’euro en premier seront ceux qui s’en sortiront le mieux – les autres payeront la facture des pays devenus insolvables. Je vous renvoie aux conférences de M. Asselineau et de M. Brousseau pour ceux qui ont encore un cerveau non reptilien.

Enfin, M. Asselineau a également été le seul à dénoncé le regroupement forcé de nos communes de France, qui vont passer de 36000 à 20000, ce qui permettra aux pourris en place de verrouiller pleinement la prochaine élection présidentielle. Nous venons clairement de rater ce qui sera sûrement la dernière chance de sortir de l’UE par la grande porte.

Les frontistes qui, pour la 7ème fois (!), vont perdre l’élection dans 15 jours, n’ont toujours pas compris, au bout de 30 ans, que leur parti a été sponsorisé par Jacques Attali et François Mitterand dans les années 80 pour verrouiller le second tour.

Ce masochisme des frontistes est d’autant plus inexplicable que M. Asselineau a pourtant expliqué que depuis 1992, Bruxelles dicte sa politique migratoire à la France, laquelle s’exécute platement. Donc même si Mme Le Pen devait miraculeusement être élue la semaine des 4 jeudis, elle ne pourrait toujours qu’obéir à son mentor réel, en bonne députée européenne, qui touche ses 15000 € mensuels depuis plus de 10 ans… Montants juteux auxquels il faut rajouter la martingale de son pater, « salarié » de mère Europe depuis 30 ans, et la génération suivante qui est déjà sur les bancs pour continuer à renflouer la SARL Le Pen !

Bref, pour les frontistes qui liraient ces lignes et ont encore un minimum de cerveau, comprenez que sans sortie préalable de l’UE, le programme de Mme Le Pen est de toute façon mort-né. Et – ô surprise – la profession de foi de la candidate est très claire : Mme Le Pen veut une autre europe, mais ne veut pas sortir de l’UE… 

Alors soit vous ne savez pas lire la profession de foi de votre candidate, soit vous refusez de la comprendre… Dans les deux cas, voter M. Asselineau  était pour vous le seul moyen de sortir réellement et directement de l’UE, pour ensuite avoir un vrai référendum sur l’immigration, lequel était déjà prévu côté UPR. Comprenez bien que quelle que soit l’issue du scrutin dans 15 jours, vous, les adhérents FN, vous avez déjà perdu !

Pour la suite, les candidats malheureux de l’oligarchie ont déjà tous appelé à faire front commun contre la « bête immonde » en moins de 24h chrono ! Ridicule ! cela fait maintenant 30 ans que M. Attali et ses sbires nous spolient notre démocratie, et j’en ai plus que marre de cette mafia de l’ombre qui devrait avoir disparu 6 pieds sous terre depuis longtemps !

Au bout du compte, quel que soit le gagnant dans 15 jours, ça ne changera plus rien pour nous : on va « manger » les GOPÉ 5 ans de plus, avec la destruction de tous nos acquis sociaux, sans compter la disparition pure et simple de l’état nation France qui est déjà bien entamée avec les grandes régions.

Et pas la peine d’espérer un mieux dans 5 ans : comme la Loi Urvoas de 2015 l’a démontré, ces enfoirés – non content de menacer les maires qui parrainent les autres candidats, et de réduire le nombre de communes à contrôler au nombre de 20000 – s’amusent désormais à changer les règles de l’élection 1 an avant la date officielle ! La France est désormais officiellement sous le joug d’une dictature : non seulement la démocratie française est en état de mort clinique, mais le 4ème pouvoir est définitivement enterré !

La seule bonne nouvelle dans cette élection, c’est qu’il y a en France 0,92% de gens qui ont appris et compris comment fonctionne la machine  européenne, et comment ce système détruit notre démocratie, via la tactique du salami, tranche par tranche, comme l’a très bien expliqué M. Asselineau !

A noter également que les médias aux ordres de l’oligarchie auront également ici joué leur plein et entier rôle de collabos du système, en empêchant le débat démocratique, et en le réduisant au final à 15mn par candidat individuel sur France 2, dans un second pseudo-débat de pacotille, sans aucune possibilité de confrontation directe !

Les attaques diverses des journalauds et journalopes du système, qui se sont pleinement employés pendant 2 bonnes semaines à faire passer M. Asselineau pour un complotiste anti-américain, forçant le candidat à utiliser son temps de parole pour se défendre, auront également démontré l’absence criante de « chiens de garde » indépendants dans cette élection. Mieux encore : on aura découvert que bon nombre des pigistes fascistes qui se prennent pour des stars du PAF ou de la radio ne connaissent même pas la Charte de Munich ! Mais il est vrai qu’on ne fait pas passer d’examen cliniques et cognitifs à ces « petits » inquisiteurs en herbe, dont on se demande sérieusement s’ils ont été recrutés dans un zoo ou une décharge publique, tant certaines interviews ont dépassé la limite du supportable.

Enfin, non content de nous mentir à répétition, on retiendra de cette misérable campagne que les candidats du système n’ont même pas eu le courage de se confronter directement à M. Asselineau dans une seule entrevue en tête-à-tête ! On imagine déjà à quel point Donald et Vladimir vont pouffer de rire et ridiculiser le futur flamby français qui leur arrive !

Et le pire, c’est que lors du premier et seul débat à 11 de la campagne, tout le monde a pu remarqué que pas un seul des 10 candidats n’a remis en cause les arguments du président de l’UPR – ce qui démontre une fois encore leur justesse et leur véracité.

Sinon je remets officiellement et virtuellement la palme de l’hypocrisie à M. Mélenchon, pour avoir tout de même réussi l’exploit de tromper 19% de crédules, avec ses plans bidons et sa VIème totalement burlesque.

Là encore, je trouve particulièrement lamentable de la part des mélenchonistes d’avoir été incapables de confronter leurs arguments à ceux de l’UPR pendant toute la campagne. Ces gens qui traitent ouvertement l’UPR de secte feraient ainsi bien de balayer d’urgence devant leur porte, car autant les UPRistes sont des gens qui critiquent tout, et vont vérifier les arguments de M. Asselineau sur internet, pour en conclure qu’ils sont recevables et exacts, autant les mélenchonistes auront particulièrement brillé par leur manque total d’esprit critique et de remise en cause, notamment face à des arguments mathématiquement imparables, largement relayés côté UPR dans les forums du web !

Entre le culte du chef et l’hypnose aveugle, il faut espérer que les mélenchonistes comprendront un jour qu’on ne règle pas les problèmes de son pays en jouant les moutons, surtout quand le berger a des actions dans l’abattoir européen ! M. Mélenchon aura ainsi assuré pleinement son rôle de collabo, en « neutralisant » environ 20% de gauchistes qui risquaient de rejoindre les analyses et les solutions de l’UPR. Quand à ceux et celles qui ont cédé au « vote INutile » pour se retrouver « plan T », ils n’ont que leurs yeux pour pleurer. Espérons que ceux là auront au moins appris qu’il faut toujours voter pour ses vraies convictions, et non parce que quelques connards aux ordres de l’oligarchie vous rabâchent, dans leurs torchons respectifs qui leur servent de médias, que tel ou tel candidat n’a aucune chance.

Au final, cette campagne présidentielle n’aura même pas eu droit à des débats d’idées : juste des formules marketing criées par un crétin tenu en laisse par les banques, et dont la campagne a « juste » coûté 18 millions d’euros au contribuable – car faut-il le rappeler, les partis ayant plus de 5% sont remboursés de leurs frais de campagne, ce qui revient donc à favoriser ouvertement la reproduction des gros phoques, au détriment des nouvelles idées et analyses

Elle est pas belle, la démocratie des riches ?

Pas de chance : c’est vous qui l’avez créé ! (si vous n’avez pas voté UPR, bien entendu !)

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.