Quand le « diable » est apatride…

27/12/16 : en cette fin d’année, faisons un peu le point sur les stratégies euro-Atlantistes en cours pour tenter d’enrayer le Frexit qui s’annonce :

  • diabolisation de M. Trump qui continue de plus belle, alors que le sieur n’est pas encore en poste, mais qu’il a déjà annoncé vouloir remettre l’ONU et l’OTAN à leur place, rejoignant en cela (et sur quelques autres points) le programme et l’analyse de l’UPR.
  • diabolisation de M. Putin, qu’on accuse d’ingérence électorale à tort et à travers, en oubliant l’ingérence américaine mondiale qui n’est plus à démontrer, et dont le bordel militaire, partout sur la planète, a causé la mort de millions de civils (sans compter les blessés), en emmenant l’armée française dans des guerres illégales de surcroît.
  • diabolisation des réseaux sociaux qui nous manipuleraient « à l’insu de notre plein gré », et permettraient à ces « salopards de populistes » que nous sommes de prospérer et de se développer. Il est vrai que travailler pour le peuple doit être particulièrement insupportable pour une bande de fascistes déguisés en démocrates à col blanc.
  • diabolisation sciemment entretenue et mise en avant effarante du FN dans tous les média francophones, dans le but de s’assurer le second tour à coup sûr. Reprise à tour de bras d’une promesse bidon de Mme Le Pen concernant un éventuel référendum de sortie de l’Europe, comme si Mme Le Pen et son père allaient demain remettre en cause les 36000€ mensuels d’indemnités de député européen qu’ils touchent… Il serait vraiment temps que les partisans du FN comprennent que leur parti n’a jamais eu vocation à gagner une quelconque élection : le seul but de la dynastie Le Pen est de « baiser » 15 à 20% d’électeurs, en les menant droit dans une impasse ! Que certains n’aient toujours pas compris la manœuvre au bout de 30 ans, et le fait que le FN n’existe que pour faire gagner les copains de l’UMPS, est tout bonnement sidérant de naïveté !

Et pendant ce temps-là, l’omerta médiatique totalitaire sur l’UPR et son président M. Asselineau continue de plus belle, malgré 14400 adhérents au compteur, et une bonne trentaine d’adhésion/jour !

Tous ces indices mènent ainsi à la même conclusion : une « trouille » de plus en plus marquée du parti unique français, pour ne pas dire une panique de plus en plus palpable à la simple évocation de l’Union Populaire Républicaine ou de son président M. Asselineau !

Mais comme le souligne à juste titre ce dernier, dans l’élection de 2017, il ne s’agira plus seulement de sauver la France, mais bien de sauver la démocratie et les droits de l’homme – ni plus, ni moins.

Et c’est clairement notre dernière chance de récupérer notre pays et notre souveraineté.

Si les français reconduisent un parti traditionnel, celui-ci ne pourra que continuer à obéir docilement aux ordres de  Washington. Le NPA, les verts, M. Mélenchon, M. Dupont-Aignan, le clan Le Pen, M. Valls, M. Fillon, et tous les autres clowns de type Macron sont tous des voies de garage, dont on connaît déjà parfaitement le programme, dicté dans les GOPE (Grandes Orientations de Politique Économique) à Bruxelles.

Entre temps, les traîtres à la nation auront fini leur génocide silencieux de 20 000 communes sur les 36 000 que comptent notre pays. De sorte qu’il deviendra impossible, même pour un candidat sérieux comme l’est M. Asselineau, de décrocher ses 500 parrainages. Comprenez qu’il suffira au grand parti unique FNUMPS de verrouiller les 16 000 communes restantes, et toute future élection sera pipée d’avance !

Et en cette fin 2016, j’espère sincèrement que tous les français, de tous bords, qui n’ont pas encore rejoint l’UPR, feront l’effort d’aller voir les vidéos en ligne de M. Asselineau, et comprendront qu’ils font fausse route avec les partis « traditionnels », lesquels sont tous des valais de l’oncle Sam !

Vive le « Frexit », et vive la France libre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.