Trump élu – encore un bras d’honneur à nos média !

9 novembre 2016 : M. Asselineau peut légitimement pavoiser – son diagnostique était, une fois encore, le bon ; et la presse française et européenne de découvrir soudainement, après des mois de matraquage anti-Trump, qu’il va bien falloir faire avec l’intéressé !

Mais où sont donc passés les principes fondamentaux du journalisme, tels qu’édictés dans la Charte Éthique Professionnelle des Journalistes, issue de leur propre syndicat national ?

Qui sont donc ces pigistes qui, non contents de prendre parti, de désinformer les gens, en triant ce qui les arrange, et en omettant/déformant ce qui ne les arrange pas, s’emploient chaque jour à mener les français en bateau ?

On connaît bien entendu « libération », complètement enchaîné à ses actionnaires, ou « le Monde », qui ne regarde jamais plus loin que la porte de sa rédaction, ou encore Ouest-France qui – comme son nom l’indique très justement – est complètement à l’ouest, et bien d’autres encore qui n’ont jamais écrit le moindre article sur M. Asselineau et son parti en 9 ans !

Avec les banques et les capitaines d’industries qui dirigent ces titres, et dont les connivences évidentes avec le grand parti unique FNUMPS ne sont plus à démontrer, pas la peine d’attendre autre chose que de la désinformation et de l’anti-Trump primaire et gratuit – comme si Mme Clinton était une sainte vierge pudique et intouchable – M. Assange et Wikileaks en rient encore !

Côté grandes ondes et courtes, là encore, c’est le silence radio sur l’UPR. Car si M. Asselineau a, plusieurs fois déjà, été invité sur des radios locales modestes, aucune radio de Radio France ne lui a pour le moment ouvert ses portes.

Et puis on connaît enfin le CSA, dont on rappelle que les 7 membres sont élus comme suit :
– 3 sont désignés par le président de l’Assemblée nationale
– 3 sont désignés par le président du Sénat
– le président du Collège est désigné par le président de la République.

Tout ce beau monde travaille donc pour l’oligarchie en place, et n’a bien entendu aucune intention de laisser M. Asselineau présenter son programme politique aux français !

Pire encore : le CSA et ses maîtres s’emploient désormais à imiter le système américain, où tout le temps de parole est monopolisé par deux grands partis, qui se renvoient mutuellement la balle.

Ainsi en 2015, Ms Bruno Le Roux et Jean-Jacques Urvoas ont discrètement réussi à faire passer leur projet de loi visant à favoriser encore plus le temps de parole des grands partis ! Oui, oui : vous avez bien lu. Ils ont tellement les boules de perdre la cuvette de chiotte qui leur sert de trône, qu’ils se sont mis d’accord, tous ensemble, pour légiférer contre l’égalité du temps de parole !

On est ainsi passé – très discrètement – d’un système où tous les partis, quelques soient leur taille respective, avaient le même temps de parole, à un nouveau système où 6 mois avant l’élection présidentielle, le temps de parole n’est plus « égalitaire » mais « équitable » : si le parti A est 5x plus gros que le parti B, A aura 5x plus de temps de parole que B ! Ce n’est que 2 semaine avant l’élection que le temps de parole redevient égalitaire. Quoi ? Vous n’étiez pas au courant ? Vos chers média publics ne vous ont pas informé ? Quel dommage…

Bref, « l’équité » pour l’UMPS, c’est de monopoliser tous les média pour eux ! On est officiellement entré, en 2015, dans un totalitarisme pur et dur, complètement assumé par une bande de salopards qui, non contente de mener la vie dure aux challengers côté promesses de parrainage, s’emploie désormais à une main mise totale sur les outils de communication, parce qu’il ne faut surtout pas que que les français apprennent leurs petits combines d’enfoirés de service !

Voilà où on en est arrivé après plusieurs septennats et quinquennats du grand parti unique qu’est « l’UMPS » – car il est bien évident que ces gens travaillent ensemble, main dans la main, pour reproduire le système américain en France.

Quant au FN, il participe pleinement à jouer les soupapes du pouvoir. Il n’y a qu’à regarder le rapprochement fait entre M. Trump et Mme Le Pen pour se rendre compte de l’effet people recherché. Comme l’explique très bien M. Asselineau, le FN fait partie intégrante de l’oligarchie en place, et n’a jamais demandé la sortie de l’Europe ou de l’OTAN. Et vu que la famille Le Pen « caquette » désormais à plusieurs, on entend tout et son contraire dans la basse-cour : l’un va dire blanc, l’autre noir, et le troisième gris – l’embrouille est désormais totale, histoire de bien « enfumer » les français trop crédules !

« L’UMPS » sait de toute façon que tous les autres partis n’ont aucune chance de lui piquer sa place, sauf cette foutue UPR ultra-dangereuse, avec quelqu’un de réellement compétent à sa tête, qui propose un programme politique sérieux, qui fait l’effort d’aller parler aux français, et qui n’hésite pas à laver le linge sale européen en public, en informant le peuple français de ce qui se passe réellement en coulisse !

Et tant pis si M. Olivier Schrameck, président du CSA, trahit ici ouvertement son pays. Comme pour M. Le Dryan qui a vendu la souveraineté de notre armée à l’OTAN, on rappellera que le « crime de haute-trahison » a été supprimé de notre constitution en 2007, juste avant l’élection de M. Sarkozy. Là encore, M. Asselineau s’est engagé à le rétablir au plus tôt une fois élu, et nul doute qu’il y aura beaucoup de « ménage » à faire dans ce pays, en particulier du côté de France Television et Radio France, avec une redevance TV qui pourra enfin être redirigée vers des services publics utiles.

Conclusion

L’idiotie évidente des partis en place fait quelque part plaisir à voir, parce que ces gens n’ont toujours pas compris que l’internet est le véritable vecteur d’information aujourd’hui. Tous ceux qui ont une cervelle savent depuis longtemps que nos média nationaux sont des menteurs à la solde du parti unique « UMPS », et qu’il faut désormais chercher ses informations sur le web, c’est-à-dire sur le seul média qui échappe encore à la censure.

L’omerta sur l’UPR ne fera toujours qu’une chose : accroître la légitime frustration et la colère du peuple français, qui en à marre de voir des « collabos » et leurs complices le tromper ! Les mêmes têtes produiront toujours les mêmes effets, et les français en ont marre de voir des incapables et des incompétents mis en avant par leurs média complices.

Après le Brexit et la victoire de M. Trump, l’avenir est plus ouvert que jamais, et nul doute que l’UPR et M. Asselineau sauront en profiter pleinement !

Vive le « Frexit », et vive la France libre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.